1, rue Nicholas, bureau 1206, Ottawa (On) K1N 7B7

(613) 562-0000 rfa@radiorfa.com

1984 : année charnière pour la commandite olympique

(Par Simon Forgues) – Sur le site Web de CBC News, Terry O’Reilly explique les raisons pour lesquelles les commandites olympiques sont de plus en plus dispendieuses.

On peut y lire en outre qu’en 1984, à l’occasion des Jeux de Los Angeles, le Comité international olympique avait soudainement décidé de réduire le nombre d’annonceurs pour qu’il n’y en ait plus une centaine mais plutôt… 35.

Vous y découvrirez aussi l’impressionnante quantité de téléphones portables que la compagnie Samsung a offert aux athlètes olympiques en 2012, ou encore les efforts déployés sur les sites des Jeux pour respecter l’exclusivité conférée aux annonceurs.

À lire : «The ever-increasing cost of being an Olympic sponsor»

Un texte particulièrement intéressant qui aide à mieux comprendre à quel point les billets ne représentent qu’une maigre partie des revenus olympiques, tandis que les commandites occupent de plus en plus une place prépondérante.

The following two tabs change content below.

Simon Forgues

Agent (communications et développement) chez l'ARC du Canada
Diplômé en animation radio/télé au début des années 1990, il a œuvré pendant près d'une vingtaine d'années dans diverses stations de radio et a cumulé également des tâches en coordination musicale et à la programmation.
ÉGALEMENT SUR NOTRE SITE :  Sans les médias comme la radio, Facebook n'est qu'un trou noir
%d blogueurs aiment cette page :