1, rue Nicholas, bureau 1206, Ottawa (On) K1N 7B7

(613) 562-0000 rfa@radiorfa.com

2 solutions pour partager des fichiers volumineux sans tracas

(Par Simon Forgues) – Que faire lorsqu’on doit acheminer un fichier volumineux à un destinataire et que, malheureusement, sa taille dépasse la limite imposée par notre fournisseur de messagerie ou notre logiciel de courriel?

Tous les services de messagerie électronique impose des restrictions quant à la taille des fichiers qu’on peut attacher à nos courriers électroniques. Dans le cas de Gmail, la taille maximale des messages est de 25 Mo.

geralt / Pixabay
Image : geralt / Pixabay

Il en va de même pour les logiciels de courrier électronique, je pense en outre à Microsoft Outlook 2010 qui bloque les pièces jointes supérieures à 20 mégaoctets (20 480 Ko).

Mais que faire lorsqu’on souhaite acheminer un dossier zippé qui fait 50 ou même 100 Mo ? Solutions…

 

1) les services gratuits de transfert de fichier

SendSpace et WeTransfer pour ne nommer que ceux-là sont des services qui permettent de partager des fichiers volumineux avec vos destinataires et repoussent les limites quant à la taille.

La beauté, contrairement aux services dont je parlerai plus bas, c’est qu’ils ne requièrent pas forcément d’être inscrit. N’importe qui peut s’en servir sans abonnement.

Dans le cas de SendSpace, la limite est fixée à 300 Mo, tandis que WeTransfer impose une restriction de 2 Go par transfert.

Sachez que je ne parle que des limites imposées aux comptes gratuits, puisqu’on peut s’abonner dans les deux cas et augmenter encore les limites quant au nombre de pièces partagées et leur taille.

Le fonctionnement ? Non, ces services ne contournent pas les limites imposées par votre fournisseur de messagerie ou par votre logiciel. Ils ne feront pas gonfler comme par magie la bande passante qui vous est allouée pour transférer vos fichiers par courriel.

Tout ce qu’ils font, c’est qu’ils stockent vos fichiers dans leurs serveurs pendant un certain laps de temps, puis acheminent à votre destinataire un hyperlien pour les récupérer.

CONSEIL : Dans tous les cas, même s’ils sont réputés être fiables, je vous suggère d’être prudent quand vous utilisez de tels services. N’expédiez pas de fichiers illicites ni confidentiels. J’imagine que vous l’auriez deviner, mais j’aime mieux ne pas prendre de chance en vous le rappelant.

 

2) le stockage dans le cloud 

Ma seconde solution ressemble à la première, mais elle implique de s’abonner à un service de stockage en ligne, alors que la solution précédente est ouverte à tout un chacun.

Parmi les services de stockage dans le cloud les plus connus, je ne citerai que Google Drive, Microsoft OneDrive ou encore DropBox.DropBox, OneDrive et Google DriveL’avantage de cette méthode-ci, c’est que vous demeurez pour ainsi dire en plein contrôle de vos fichiers partagés. Il n’y a pas de limite de temps pour que votre destinataire récupère vos fichiers, la seule limite étant celle que vous leur imposerez avant de les supprimer du serveur. La taille des fichiers est aussi généralement beaucoup plus grande.

ÉGALEMENT SUR NOTRE SITE :  Cadeaux de Noël pour l'animateur radio ou podcasteur adoré

Qui plus est, dans le cas de Google Drive et de Microsoft OneDrive, si vous utilisez leur service de messagerie électronique respectif, vous pouvez rédigez votre courriel et insérer votre lien vers votre pièce jointe de façon simple et rapide directement dans l’interface de courriel.

Les explications pour Gmail et celles pour Outlook.com. C’est plutôt intéressant comme fonctionnalité. Joindre un fichier sans qu’il ne le soit réellement.

 

Conclusion

J’aime bien la rapidité de la première solution qui ne requiert aucune inscription et s’avère particulièrement simple, surtout dans le cas de WeTransfer qu’on utilise occasionnellement au bureau.

Toutefois, j’avoue que la seconde option a des avantages qui ne sont pas négligeable, comme de ne pas avoir de contrainte de temps imposée au destinataire pour télécharger ou encore la taille des fichiers qui est encore plus grande que sur SendSpace ou WeTransfer.

Si vous devez faire vite et que votre fichier ne dépasse pas les limites imposées par la première solution, ne vous en privez pas. Vous n’embourberez pas votre espace de stockage en ligne et votre destinataire ne s’embrouillera pas les pinceaux pour récupérer votre fichier puisque c’est généralement d’une simplicité enfantine. On clique sur le lien et Hop ! On télécharge.

En revanche, si vous aimez garder le plein contrôle de vos fichiers, que vous n’êtes pas tellement pressé et que vous avez déjà un compte Gmail ou Outlook.com, alors privilégiez la seconde option. C’est peut-être UN PEU moins rapide mais les possibilités sont plus étendues.

 

The following two tabs change content below.

Simon Forgues

Agent (communications et développement) chez l'ARC du Canada
Diplômé en animation radio/télé au début des années 1990, il a œuvré pendant près d'une vingtaine d'années dans diverses stations de radio et a cumulé également des tâches en coordination musicale et à la programmation.
%d blogueurs aiment cette page :