1, rue Nicholas, bureau 1206, Ottawa (On) K1N 7B7

(613) 562-0000 rfa@radiorfa.com

Diverses façons de monétiser son site Web

Faire de l'argent sur le Web
Image courtoisie de FreeDigitalPhotos.net 

À première vue, on serait tenté de croire que les bannières publicitaires représentent, pour une radio comme la vôtre, la seule et l’unique façon de générer des revenus sur le Web.

Or, il n’en est rien… puisqu’il existe une multitude d’autres façons, parfois beaucoup plus efficaces en plus, de générer des revenus ma foi très intéressants.

Ne vous arrêtez pas aux méthodes traditionnelles et voyez loin.

Osez emprunter des sentiers différents.

Vous serez sans doute étonné de constater qu’avec un minimum d’investissement de temps et d’argent, vous pourriez obtenir des résultats autrement plus payants qu’avec seulement des bandeaux publicitaires ici et là.

 

1) Les bannières de publicité

Je l’ai dit plus haut, et c’est vrai, les bannières publicitaires représentent certainement la façon la plus connue et parmi les plus répandues de générer des revenus sur Internet.

Mais il y a quelques points à prendre en considération :

A) Les régies publicitaires comme Google AdSense ne génèrent que d’infimes revenus.

J’insiste sur « d’infimes » revenus. À moins d’avoir beaucoup de trafic.

Dans ce cas-là, je vous dirais qu’il vaudrait peut-être mieux mettre votre représentant publicitaire à profit et lui demander de vendre vos bannières au lieu de recourir aux services de semblables régies publicitaires.

B) Certaines régies ne s’intéresseront même pas à votre site Web à moins que vous n’ayez des dizaines de milliers de visiteurs et/ou de pages vues mensuellement.

Qui plus est, quand elles accepteront de vous compter parmi leur groupe de sites Web, vous perdrez en partie le contrôle du contenu de ses annonces-là.

C) Dans un cas comme le vôtre, je vous suggérerais de considérer davantage les annonceurs locaux que les annonceurs nationaux. Ces derniers préfèrent les sites très connus et hyper fréquentés, tandis que les annonceurs locaux, eux, ont tout intérêt à être vus sur des sites comme le vôtre bien plus que sur Yahoo! par exemple.

La radio et le Web représente d’ailleurs un excellent mix média.

Proposez aux annonceurs en ondes de bonifier leur campagne avec de la visibilité Web, car les deux sont très complémentaires.

 

2) La vente de vos produits

La création d’une boutique Internet peut être une excellente façon de générer des revenus pour la radio. Quoi vendre ?

Objets promotionnels de la station (t-shirts, tasses à café, autocollant, etc.), albums et/ou chansons d’artistes de la communauté ou de votre province, contenu audio à la demande, cartes pour votre bingo, etc.

J’aurais presque le goût de vous dire que la seule et l’unique limite est celle de votre imagination, mais j’écrirai plutôt que c’est certainement celle de la pertinence qui doit l’emporter.

Je ne pense pas que l’idée d’aménager une boutique virtuelle de sous-vêtements affriolants aux couleurs de la radio soit la trouvaille du siècle.

🙂

 

3) La réservation de vos services

À défaut d’une boutique avec des produits physiques sur votre site Web, vous pourriez aménager une plateforme sécurisée de réservation des services de la radio.

Pour votre disco-mobile, un calendrier virtuel des disponibilités et le paiement sécurisé par carte de crédit.

Pour vos annonceurs réguliers, la possibilité de passer leur commande de blocs publicitaire via une plateforme sécurisée avec leur nom d’usager et mot de passe.

Rien ne vous empêche non plus de créer une section de votre site pour les petites annonces.

Les gens paieraient pour la lecture de leur annonce lors de votre chronique en ondes, et, moyennant un petit montant supplémentaire, pourraient bénéficier de l’affichage en ligne pendant une durée prédéterminée d’un mois par exemple.

 

4) Le marketing par courriel

Si vous disposez d’une bonne quantité d’auditeurs auxquels vous faites parvenir chaque semaine un bulletin virtuel d’information sur la radio, peut-être devriez-vous songer à en faire profiter vos annonceurs locaux.

Sans bien sûr “arroser” vos destinataires avec de la publicité intempestive, rien ne vous empêche, par exemple, de glisser une bannière en bas et/ou au milieu de votre bulletin en indiquant que cet annonceur local contribue au succès de la radio.

Je vous suggère d’indiquer correctement qu’il s’agit d’une contribution financière, c’est-à-dire que cet espace publicitaire permet, par exemple, d’assurer les opérations de la radio.

En principe, vos abonnés ne verront pas d’objection à ce que des annonceurs locaux supportent la radio communautaire en affichant une petite bannière 468 x 60 ou 180 x 150 dans votre envoi mensuel.

N’oubliez pas non plus que chaque envoi d’un bulletin virtuel devrait être assorti d’une possibilité pour le destinataire de se désabonner quand il le souhaite. On l’indique généralement dans le bas du message.

 

 

Blogueurs
Image : jscreationzs /  FreeDigitalPhotos.net

5) Des billets promotionnels

Si les journaux ne se privent pas pour vendre des publireportages, tout en prenant grand soin évidemment de l’indiquer, pourquoi alors devriez-vous être gêné de vendre à des annonceurs la possibilité d’obtenir un publireportage sur votre site Web ?

À l’ouverture d’un nouveau restaurant, le patron vous offre le repas du soir.

En plus de cette invitation, à vous et quelques membres de l’équipe de la radio, moyennant quelques dollars, il vous propose de rédiger un billet dans votre site Web et  de détailler votre expérience, tout en mentionnant bien sûr qu’il s’agit d’un publireportage.

Qu’y a-t-il de scandaleux à le faire, si l’on part du principe que des journalistes voyagent à l’année longue avec des compagnies aériennes et séjournent dans des hôtels luxueux en échange d’articles dans de grands quotidiens ?

Si c’est mentionné et que vous ne faites pas passer vos billets de blogue pour des nouvelles, pourquoi pas ?

 

 

Connaissez-vous d’autres façons de générer des revenus avec votre site Web ? N’hésitez pas à nous les faire connaître dans l’espace de commentaires ci-dessous. Je suis très curieux de vous lire…

ÉGALEMENT SUR NOTRE SITE :  Le streaming a la cote chez les 13 à 35 ans
  • Pingback: Dossiers de la semaine (05/11/2012) - ARC du Canada()

%d blogueurs aiment cette page :