1, rue Nicholas, bureau 1206, Ottawa (On) K1N 7B7

(613) 562-0000 rfa@radiorfa.com

Honnêtement, je ne pense pas être Charlie

C’était le 7 janvier 2015; il y a un an. Les balles sifflaient dans les locaux du journal satirique Charlie Hebdo.

Bilan de cette folle journée d’horreur ? Une douzaine de victimes et onze personnes blessées, dont quatre d’entre elles grièvement. Parmi les victimes de la tuerie, huit membres de la rédaction du Charlie Hebdo.

Pas moins de 64 journalistes, 6 collaborateurs et 18 citoyens-journalistes, comme des blogueurs par exemple ont été tués au cours de la dernière année, selon le bilan annuel  2015 de Reporters sans frontières.

ImageTumisu / Pixabay

À l’approche de ce triste anniversaire du décès des membres de Charlie Hebdo, j’aimerais qu’on n’oublie jamais que, derrière le fameux « Je suis Charlie » que se sont approprié des millions d’internautes, il y a aussi (et surtout) des journalistes professionnels ou citoyens en Irak, au Yémen et plusieurs autres pays qui travaillent à rapporter l’information et nous éclairer au péril de leur vie.

Entrer au travail chaque jour et ne jamais savoir si l’on en ressortira.

J’aimerais qu’on n’oublie pas qu’encore aujourd’hui, en 2016, des centaines de personnes sont incarcérées sur le globe parce qu’elles ont eu le courage d’affronter un régime politique, rapporter l’événement avec objectivité, chercher la vérité.

Honnêtement, je ne pense pas être Charlie

Je serai honnête, au lendemain des malheureux événements survenus le 7 janvier 2015, comme des millions d’autres personnes à travers le monde, je me suis autoproclamé comme étant un Charlie. Pour la liberté de presse et de parole. Mais, à bien y réfléchir, je ne suis pas tout à fait Charlie.

Les Charlie, en fait, ce ne sont ni vous ni moi, selon moi. Les Charlie, ce sont eux. Les Raif Badawi, Waleed Al-Husseini, Barrett Brown et autres qui sont incarcérés pour avoir accompli leur boulot. Ou encore les Hindia Mohamed et Armando Saldaña Morales morts respectivement en Somalie et au Mexique en 2015.

ÉGALEMENT SUR NOTRE SITE :  Troquer l'enregistreur numérique pour le micro et le smartphone avec Shure

Ici, on trouve la liste des journalistes encore emprisonnés en 2016. Là, celle des net-citoyens encore sous les verrous.

À lire pour bien comprendre l’aberration.

Heureusement, au moment d’écrire ce billet, encore aucun décès n’est à déplorer en 2016, mais ça ne saurait tarder, j’en ai la malheureuse impression. Tous les jours, la menace plane au-dessus de leur tête, tel un rapace qui n’attend que le bon moment pour fondre sur sa proie.

Pour ne pas qu’on vous oublie, à vous, mesdames, messieurs, je dis sincèrement : « VOUS êtes Charlie ! »

The following two tabs change content below.

Simon Forgues

Agent (communications et développement) chez l'ARC du Canada
Diplômé en animation radio/télé au début des années 1990, il a œuvré pendant près d'une vingtaine d'années dans diverses stations de radio et a cumulé également des tâches en coordination musicale et à la programmation.
%d blogueurs aiment cette page :