1, rue Nicholas, bureau 1206, Ottawa (On) K1N 7B7

(613) 562-0000 rfa@radiorfa.com

La radio numérique terrestre en Europe

En France, dès l’an prochain, on estime qu’à peu près 14 millions d’auditeurs parisiens, marseillais, niçois et des environs pourront écouter la radio numérique terrestre (RNT).

Le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA), l’équivalent du CRTC au Canada, a octroyé récemment des licences de radio numérique terrestre afin de desservir les régions de Paris, Marseille et Nice.

Parmi les canaux numériques attribués, 26% d’entre eux l’ont été à des radios associatives, autrement appelées des radios communautaires au Canada.

Jamais depuis une trentaine d’années n’avait-on vu autant de fréquences être octroyées en même temps à ces radios-là.

Depuis, le monde de la radio associative prend le taureau par les cornes et diverses réunions s’organisent, tandis que la plupart des gros joueurs du secteur privé, eux, demeurent en retrait les bras croisés.

Le mois dernier par exemple, le Syndicat National des Radios Libres (SNRL) invitait les intéressés à découvrir un modèle de diffusion numérique mutualisé, coopératif et donc économique pour les radiodiffuseurs associatifs.

Dans quelques jours, dans les trois grandes villes ciblées, ce sont des sessions d’information qui seront proposées.

 

L’aide précieuse de la technologie

D’autre part, dans un article ma foi très intéressant, le SNRL nous fait découvrir une antenne bien particulière qui a la faculté de rendre les radios de nos automobiles compatibles à la RNT. Quelle révolution !!!

ÉGALEMENT SUR NOTRE SITE :  Le cas Nathalie Normandeau : sortir le Plan B sans délai

Fabriquée en Italie, l’antenne a l’avantage de rendre la RNT compatible (DAB, DAB+, T-DMB) à toutes les voitures qui sont déjà équipées de la radio analogique.

Plus besoin de courir chez le détaillant pour s’acheter et faire installer une nouvelle radio dans son automobile. Magie ! Une simple antenne d’une trentaine de centimètres suffit.

En plus, cette antenne améliore la sensibilité des bandes FM et AM. Que demander de plus ?

 

À l’ombre de Big Ben

Juste en terminant, je vous rappellerai qu’en Grande-Bretagne, le mois dernier, l’autorité régulatrice des télécommunications (Ofcom) a publié un rapport dans lequel on apprenait que près du tiers (30 %) de l’écoute totale de la radio se faisait maintenant en mode numérique terrestre, mais également que 4 foyers sur 10 qui ont répondu à l’enquête possédaient un récepteur pour la radio numérique terrestre à la norme DAB.

J’ose espérer que ce déblocage auquel on assiste de l’autre côté de l’océan Atlantique aura des échos jusque chez nous, et qu’on pourra enfin se mettre rêver du jour où nous pourrons, nous aussi, écouter la radio numérique sans devoir systématiquement passer par Internet ou encore le satellite en outre.

Ça ne coûte rien de rêver, n’est-ce pas ?

%d blogueurs aiment cette page :