1, rue Nicholas, bureau 1206, Ottawa (On) K1N 7B7

(613) 562-0000 rfa@radiorfa.com

Le gros mensonge de ceux qui prétendent que Google+ se meurt

(Par Simon Forgues) – J’essaie de me rappeler d’un mois au cours des 2 dernières années où je n’ai pas lu ou entendu un supposé “spécialiste des médias sociaux” nous annoncer la mort de Google+, et, pour être bien honnête, je n’y arrive pas.

Plusieurs se sont aventurés aux jeux des prédictions, mais, contre vents et marées, la surcouche sociale de Google a continué de croître.

Encore ce matin, ses détracteurs se sont fait une joie d’annoncer une nouvelle fois la mort de Google+, alors qu’on apprenait d’une part la nomination d’un nouveau dirigeant à sa tête, Bradley Horowitz, et que ce dernier confirmait la séparation en diverses entités distinctes dont “Streams”, un flux social dédié aux échanges et au partage d’infos diverses, puis “Photos” où partager des clichés de voyages et autres images diverses.

Il n’en fallait pas davantage pour que les Nostradamus 2.0 nous écrivent un autre quatrain sur le désert Google+ et pourquoi pas, tant qu’à y être, sur sa mort en version améliorée. Que de corneilles sur les poteaux du Bell téléphone.

Or, n’évoquer que ces deux divisions pour annoncer une énième fois la mort de Google+, c’est oublier qu’avant cela, l’entreprise a déjà semé des graines avec son service “Local” entres autres, ainsi qu’avec “Hangouts”.

Pourquoi je vous parle avec autant d’insistance de ce réseau social ? Parce que, non, il ne fermera pas demain matin et que, oui, vous auriez tout intérêt à en tirer profit vous aussi.

 

4 ans contre vents et marées

Google+ soufflera 4 bougies sur son gâteau d’anniversaire le 28 juin prochain, date à laquelle il a été lancé en 2011. Depuis, le réseau a continué de croître de façon plutôt intéressante, quoiqu’en pensent et qu’en disent certains.

La croissance est telle qu’il est devenu en un si court laps de temps, la 2e solution de social login au monde, ou, comme on dit en bon français d’authentification unique.

Le succès incite d’ailleurs l’entreprise à interrompre sa solution Google Login à compter du 20 avril prochain pour se tourner vers Google+, comme le rappelle cet article de Janrain. N’oublions pas non plus que Google Voice disparaîtra aussi au même moment, tout cela pour être amalgamé à Google Hangouts, un autre sous-produit de… Bingo ! Google+.

Franchement, pour un réseau qui dépérit, on a déjà vu pire. Est-ce que cela signifie la mort de Google+ ? Loin de là. J’oserais même écrire, et ce, au risque de me faire lapider par d’ardents défenseurs du PLUS, que c’est même une bonne chose.

Le social login, soit dit en passant, c’est précisément ce dont les internautes se servent lorsqu’ils veulent se connecter à divers services en ligne comme des sites de nouvelles, des services de stockage de données et d’autres. Et, à ce chapitre-là, le réseau est fort. Très fort.

En un mot comme en mille, Google+ est plus vivant que jamais. Cette séparation des services ne fera qu’accentuer encore davantage la notion du PLUS justement, en braquant dans une certaine mesure les projecteurs sur la clé qui entre dans la serrure des services Google.

ÉGALEMENT SUR NOTRE SITE :  La radio commerciale sous la lentille du microscope

 

Notre exemple…

Dans l’animation ci-dessous que j’ai faite avec l’aide du site CircleCount, l’on constate que contrairement à ce que plusieurs personnes peuvent affirmer, le réseau social, loin d’être en perdition, connaît plutôt une belle progression. Même pour de relativement petites organisations comme la nôtre.

Pardonnez les quelques mots d’anglais dans l’animation; ils ne viennent pas de moi mais du site en question.

On le remarque, la page Google+ de l’ARC du Canada n’a jamais cessé de croître pendant les 2-3 dernières années. J’irais même jusqu’à dire que 2015, contrairement à ce que croient certains, sera une excellente année. Sérieusement.

Notre courbe de croissance sur Google+

En vert, on remarque ci-dessus la progression de nos abonné(e)s. En bleu, les mentions +1 sur nos publications. En rouge, les repartages de nos messages. Puis, en orange, les commentaires, qui, comme on le constate là encore, continuent de croître tranquillement mais sûrement. Aucune hormone, aucune manipulation, si je puis dire.

Et ça, je tiens à le préciser, ce ne sont que nos activités publiques, puisqu’on a aussi publié à de multiples reprises auprès d’un cercle restreint d’abonnés bien ciblés.

Bien sûr que nous ne sommes pas LA plus grosse organisation présente sur Google+, et nos scores ne sont sans doute pas encore aussi bons qu’on le souhaiterait.

Non, nous ne sommes ni la Ligue nationale de hockey, ni Coca-Cola pour engranger les millions d’abonnés.

On peut toujours faire mieux et on y travaille fort, pour emprunter au langage du sport professionnel. Mais, pour une petite organisation comme la nôtre, qui avance sans grands moyens financiers et logistiques, je trouve qu’on réussit plutôt bien.

On prouve que Google+ est loin d’être le terrain plat et désert que plusieurs prétendent. Voici d’ailleurs à combien d’abonnés et de vues nous en sommes rendus en ce moment…

Plus d'un millions de consultations sur Google+
Plus d’un millions de consultations sur Google+

 

Ne pas reculer et continuer

La seule erreur que peut commettre une organisation comme la nôtre en 2015, ce n’est pas d’être sur Google+. Mais ce serait plutôt d’en sortir.

Et, la seule erreur que peut commettre une organisation comme la vôtre en 2015, c’est justement de ne pas y être encore.

Si votre organisation n’est pas encore sur Google+, alors hâtez-vous d’y faire votre niche.

La croissance y est soutenue, contrairement à ce que plusieurs prétendent. On peut y entretenir de belles discussions avec des êtres bien vivants. Le partage d’information est très bon. Et, surtout, vous en mesurerez les retombées sur votre site Internet notamment.

J’ai l’intime conviction que les changements auxquels on se prépare ne seront que plus bénéfiques encore pour les utilisateurs de l’écosystème de Google, et que, pour des organisations comme les nôtres, ce sera un beau terrain de dialogue et d’échange.

Si jamais vous avez besoin d’aide pour y faire vos premiers pas, n’hésitez pas à nous y interpeller (page de l’ARC du Canada) et on se fera un plaisir de vous guider vers de bonnes ressources (communautés d’entraide, sites de trucs et d’astuces, personnalités influentes à suivre, etc.).
 


The following two tabs change content below.

Simon Forgues

Agent (communications et développement) chez l'ARC du Canada
Diplômé en animation radio/télé au début des années 1990, il a œuvré pendant près d'une vingtaine d'années dans diverses stations de radio et a cumulé également des tâches en coordination musicale et à la programmation.
%d blogueurs aiment cette page :