1, rue Nicholas, bureau 1206, Ottawa (On) K1N 7B7

(613) 562-0000 rfa@radiorfa.com

Le navire Twitter est en train de s’échouer tranquillement

(Par Simon Forgues) – Le réseau social tant apprécié des journalistes et des personnalités du monde des médias, Twitter est en train de s’échouer. Tranquillement. Péniblement.

Le réseau aura beau se targuer d’attirer un peu plus de 300 millions d’utilisateurs actifs, mais un fait demeure, et l’entreprise elle-même doit bien le reconnaître, le réseau n’attire à peu près plus de nouveaux abonnés.

À ce chapitre-là, c’est la panne sèche. Le réseau a atteint un plateau qu’il peine visiblement à franchir.

Abonnés Twitter par trimestre

Comme l’indique un article de Challenges.fr, ces piètres performances au chapitre du membership ont d’ailleurs été suffisantes pour éclipser les résultats trimestriels dévoilés un peu plus tôt qui étaient pourtant très bons.

Ainsi, privé d’un nouveau capitaine à la barre depuis le départ de son PDG Dick Costolo il y a déjà plusieurs semaines, le navire commence à prendre l’eau. Ou devrais-je dire qu’il continue de prendre l’eau.

À tel point qu’à l’ouverture de la bourse new-yorkaise ce mercredi 29 juillet, le titre de l’entreprise perdait pas moins de 13 % de sa valeur en à peine un éclair.

Même les rumeurs récentes d’un rachat par Google n’ont suffit qu’à insuffler un infime soubresaut aux actions de l’entreprise ces derniers mois. C’est tout dire. Les investisseurs doutent même de la possibilité pour un géant comme Google de pouvoir lancer une bouée à l’oiseau bleu.

Navire Twitter échoué

Mais que se passe-t-il donc, docteur ?

L’une des principales difficultés pour le réseau de microblogging, c’est qu’il peine visiblement à s’améliorer. Les nouveaux utilisateurs sont loin d’être conquis par l’expérience Twitter et ce ne sont manifestement pas les quelques changements apportés au cours des derniers mois qui les en convaincront.

Twitter aura beau avoir permis de citer plus facilement des messages, améliorer le partage et le tague des photos, ramener l’indexation des publications dans Google et quoi d’autre encore, rien ne semble y faire.

Les nouveaux utilisateurs ne sont pas au rendez-vous. Oups !

Devant un semblable constat, je ne suis pas trop étonné que relativement peu de nos stations membres consacrent leur temps et leur énergie à entretenir une présence sur un réseau social quelque peu moribond et stagnant.

On aura beau leur chanter toutes les vertus du réseau social, mais il faut bien les comprendre à quelque part. À quoi bon crier dans le vide ?

Twitter, et je le dis assez souvent à qui veut bien l’entendre, est un réseau extraordinaire pour les professionnels. Politiciens, gens d’affaires, journalistes et décideurs y sont très présents. Mais de M. et de Mme Tout-le-monde il n’y pas beaucoup.

ÉGALEMENT SUR NOTRE SITE :  Quand des tweets bizarres deviennent viraux

C’est que Twitter n’est pas tellement le genre d’endroit où l’on partage ses photos de voyage à ses proches comme sur Facebook ou encore ses dernières trouvailles informatiques comme sur Google+.

Sur Twitter, c’est l’info à la minute, les derniers grands titres, les échanges d’informations factuelles. Ça, pour le commun des mortels, ça se trouve facilement ailleurs, et ce, même si ça n’arrive pas à l’instant même où se produit l’événement.

Les internautes ne sont pas tous des boulimiques de l’information et sont tout à fait capables de vivre avec le fait qu’ils apprendront quelques informations un peu plus tard que les autres.

J’ai déjà rédigé un billet sur les avantages d’être sur Twitter qui n’est pas dénué d’intérêt si vous espérez joindre des notables de votre communauté ou même des décideurs de votre province. Mais, si vous pensez y tenir des concours pour faire gagner une paire de billets de cinéma ou encore partager votre album de photos cocasses, ce n’est pas l’endroit.

Et c’est précisément la raison pour laquelle le réseau a atteint son plateau. Ne cherchez pas de midi à quatorze heures.

M. et Mme Tout-le-monde n’y trouvent pas leur compte, n’y sont pas intéressés aujourd’hui et n’y viendront sans doute pas davantage demain.

Pensez-vous que Twitter a encore des beaux jours devant lui ? Ou, au contraire, deviendra-t-il bientôt le MySpace 2.0 ?

The following two tabs change content below.

Simon Forgues

Agent (communications et développement) chez l'ARC du Canada
Diplômé en animation radio/télé au début des années 1990, il a œuvré pendant près d'une vingtaine d'années dans diverses stations de radio et a cumulé également des tâches en coordination musicale et à la programmation.
%d blogueurs aiment cette page :