1, rue Nicholas, bureau 1206, Ottawa (On) K1N 7B7

(613) 562-0000 rfa@radiorfa.com

Les 3 points essentiels à retenir avant d’accorder une entrevue

(Par Simon Forgues) – Un journaliste vous a contacté pour une entrevue et vous n’en avez encore jamais accordé. Voici 3 principaux points à retenir.

Ce journaliste aimerait recueillir vos commentaires sur un sujet qui vient de survenir au sein de la communauté. Mais voilà, vous avez des craintes. C’est normal.

Je vous livre quelques conseils qui pourraient vous être utiles pour “affronter” une demande d’entrevue sans trop de heurts.

Je vais sans doute avoir l’air de parler contre les journalistes, qui, au demeurant, font un travail fondamental en démocratie. Mais, qu’on se le tienne pour dit, toute entrevue n’est pas bonne à faire, selon moi.

Mieux vaut une seule bonne entrevue intéressante que dix mauvaises entrevues qui n’auraient jamais dû êtres faites. Je pense que plusieurs journalistes s’entendront là-dessus.

 

Règle No. 1 : Parler de ce qu’on connaît mais pas de ce qu’on ne connaît pas

Une sordide agression sexuelle vient de survenir dans la communauté. Une gamine a été violée et battue; l’agresseur court toujours.

Vous êtes le directeur d’une maison de réhabilitation pour délinquants sexuels. Un journaliste espère recueillir votre opinion sur les soins offerts aux victimes d’agressions sexuelles.

Accepterez-vous de discuter d’un sujet que vous ne maîtrisez pas ?

Vous pourriez sans doute parler de la clientèle que vous accueillez dans votre programme de réhabilitation, de la durée des peines carcérales infligées aux récidivistes en matière de crimes sexuels, mais sans doute pas des soins offerts aux victimes.

Avant d’accepter une entrevue, demandez-vous si vous êtes LA personne idéale pour traiter du sujet, et, si oui, s’il en va de votre intérêt ou pas.

Si vous estimez ne pas détenir suffisamment d’information sur un sujet pour en parler, si vous avez des raisons de croire que vous pourriez induire le public en erreur en livrant des informations erronées, vous auriez tout intérêt à ne pas en parler.

 

Règle No. 2 : Vous avez le droit d’accepter ou décliner une demande d’entrevue

Non, personne n’est obligé d’accorder une entrevue.

Si vous estimez n’avoir rien d’intéressant à dire, que l’entrevue pourraient causer davantage de torts que de bien à vous ou d’autres personnes, ou même que vous ne maîtrisez pas suffisamment le sujet pour en parler, vous pouvez refuser poliment.

Toutefois, n’acceptez ni ne refusez immédiatement. Prenez un moment pour bien y réfléchir.

Dites, par exemple, que vous voulez voir qui serait le mieux placer pour en parler dans l’organisation. Si vous estimez n’être pas la personne idéale, peut-être connaissez-vous quelqu’un d’autre qui saurait mieux répondre.

En expliquant gentiment que vous n’êtes pas habilité à parler de ce sujet-là, mais que vous connaissez quelqu’un qui l’est mieux que vous, vous rendez un fier service au public sans même le savoir. Puisque le public a le droit d’être bien informé.

Dans tous les cas, si personne dans l’organisation n’est habilité à traiter correctement d’un sujet, réfléchissez-y par deux fois avant d’accepter une entrevue.

 

Règle No. 3 : Posez des questions avant l’entrevue et soyez bien préparé

Qui est le journaliste ? Quel média représente-t-il ? Pourquoi vous contacte-t-il ? Quel est le sujet ou même les sujets qu’il espère aborder dans l’entrevue ? Y a-t-il des circonstances particulières qui l’ont amené à vous contacter ? Un événement en particulier ? Quel sera l’angle pour traiter le sujet ? Combien de temps durera l’entrevue ? En direct ou enregistrée ?

ÉGALEMENT SUR NOTRE SITE :  Keep de Google comme pense-bête pour vos publications dans les réseaux sociaux

Peut-être seriez-vous à l’aise de discuter 2-3 minutes d’un sujet à micro fermé pour un article de journal par exemple, mais qu’en revanche vous ne vous sentez pas tout à fait confortable de parler pendant 15-20 minutes à la radio d’un sujet que vous ne maîtrisez pas suffisamment.

 

En terminant

4 ressources intéressantes avant d’accorder une entrevue, et, le cas échéant, pour bien vous y préparer :

1. « Comment répondre aux demandes des médias », un document .PDF de 8 pages de la Fédération internationale de gynécologie et d’obstétrique que j’estime particulièrement bien fait et qui s’adresse à peu près à tous les types d’organismes. On y traite de la première demande d’entrevue, ce qu’il faut faire ou ne pas faire, etc. C’est très intéressant.

2. « Comment réussir son entrevue avec un journaliste ? » rappelle avec sagesse que les journalistes ne sont pas là pour faire votre publicité, mais que vous, en général, c’est justement ce dont vous avez besoin. Alors, comment concilier le besoin d’informer les auditeurs ou les lecteurs du journaliste avec votre besoin de faire parler de votre entreprise ou votre organisme ? C’est précisément ce dont il est question ici.

3. Le Regroupement féministe du Nouveau-Brunswick avait organisé un atelier « Se préparer aux entrevues avec les médias » avec Mme Pascale Paulin, spécialiste en communication et propriétaire de Forté Communication. Quoiqu’on ne puisse profiter de la conférence de la spécialiste en question, la trousse .PDF d’accompagnement disponible en ligne n’en est pas moins très intéressante.

4. Enfin, cette fiche technique en .PDF de la firme Détail Formation vous aidera à poser les bonnes questions avant d’acquiescer ou pas à une demande d’entrevue.

 

Selon-vous, existe-t-il d’autres points essentiels dont il faut se rappeler avant une entrevue ? Et, vous-même, avez-vous déjà connu une mauvaise expérience lors d’une entrevue ?

The following two tabs change content below.

Simon Forgues

Agent (communications et développement) chez l'ARC du Canada
Diplômé en animation radio/télé au début des années 1990, il a œuvré pendant près d'une vingtaine d'années dans diverses stations de radio et a cumulé également des tâches en coordination musicale et à la programmation.
%d blogueurs aiment cette page :