1, rue Nicholas, bureau 1206, Ottawa (On) K1N 7B7

(613) 562-0000 rfa@radiorfa.com

Lire avec naturel à la radio (astuce)

(Par Simon Forgues) – Lire un texte d’une façon naturelle à la radio, c’est tout un art et ça requiert un peu de pratique.

Ce qu’on espère obtenir comme résultat, c’est une lecture fluide qui donnera l’impression qu’on raconte plus qu’on ne lit, voire même qu’on est littéralement en train de discuter avec l’auditeur.

PhylactèrePour arriver à de bons résultats, il ne faut pas vous cantonner à des textes rédigés exprès pour la radio, comme des nouvelles par exemple.

Il faut que vous pratiquiez avec différents textes afin que vous réussissiez à trouver le ton juste.

Parce que c’est bien le nerf de la guerre dans la lecture d’un texte en ondes : trouver le bon ton.

S’agit-il d’un texte journalistique sérieux ? D’un récit qui, au contraire, est plutôt drôle ? Ou encore de la triste histoire d’une enfant malade ?

 

Comment trouver le ton juste

Prenez un texte. N’importe lequel. Essayez de le narrer de différentes façons. Sur un ton neutre, puis triste, ou encore carrément drôle. Vous constaterez qu’à force de vous pratiquer, vous en arriverez à raconter vos textes en ondes de manière tout à fait naturelle. Avec le bon ton.

ÉGALEMENT SUR NOTRE SITE :  Tous les secrets à connaître pour écrire des titres percutants

Mettez-vous dans l’ambiance en imaginant dans quel contexte votre texte pourrait être raconté : un discours électoral, une oraison funèbre, etc.

En prenant un texte parfaitement hors contexte, mais en essayant justement de le rendre de la manière dont vous y seriez contraint en de telles circonstances, c’est ainsi que vous réussirez à trouver le bon ton.

 

Comment la légende du hockey professionnel Sydney Crosby pratiquait-il ses tirs de précision lorsqu’il était enfant ? En s’exerçant à lancer des rondelles dans l’ouverture d’une sécheuse dans le sous-sol de ses parents.

Rien à voir ni avec un filet de hockey, ni avec une patinoire. Et pourtant, c’est à force de pratiquer dans un pareil contexte, qu’il est devenu l’un des meilleurs hockeyeurs de sa génération.

En essayant de faire entrer une rondelle en caoutchouc dans une si petite ouverture, il s’est dit qu’il allait sans doute atteindre plus aisément le fond d’un filet de hockey lors des matchs.

Et il avait bien raison.

 

 

%d blogueurs aiment cette page :