1, rue Nicholas, bureau 1206, Ottawa (On) K1N 7B7

(613) 562-0000 rfa@radiorfa.com

Mais à quoi ça vous sert de communiquer ? (astuce)

(Par Simon Forgues) – Il y a de ces jours, quand on est communicateur, on se demande à quoi ça sert. C’est l’éternelle remise en question.

J’ai toujours pensé que la majorité des communicateurs étaient un peu dépendants affectifs. Peut-être même beaucoup dans certains cas.

DéprimeIl suffit qu’une seule personne émette un doute sur notre travail et on se met à penser (à tort ou à raison) qu’on n’est pas entendu, si on est animateur radio, ou encore qu’on n’est pas lu quand on est journaliste ou blogueur. C’est le propre des communicateurs de toute façon. Pas vrai ?

Je le sais, ça fait plus de vingt ans que j’œuvre dans le domaine de la radio et des communications. Mea culpa. Mea culpa.

 

Petit conseil pour passer par-dessus

On communique pour être lu et entendu, et non pour que ça se perde dans l’immensité de l’univers.

En de telles circonstances, je n’ai qu’un conseil : mieux vaut vous raccrocher aux petites choses toutes simples.

Dites-vous qu’un seul commentaire positif compense amplement pour une centaine d’autres commentaires négatifs. Les positifs, malheureusement, ne sont exprimés que très rarement, tandis que les négatifs, eux, finissent toujours par trouver écho plus facilement.

Mais il suffit d’un encouragement, d’un commentaire positif, d’un témoignage d’estime et vous balaierai alors du revers de la main les propos de ceux qui n’estiment pas votre travail.

ÉGALEMENT SUR NOTRE SITE :  Ces 3 aspects sont indissociables de votre projet de radio communautaire

 

Ces petits moments gratifiants

Ces moments encourageants, comme animateur radio, vous les trouverez lors d’un “remote” (reportage en direct) au commerce local, alors qu’un enfant, debout devant vous, vous regardera et vous écoutera admiratif pendant que vous débiterez, chronomètre à la main, une liste de spéciaux que vous aura remis le propriétaire.

Vous les trouverez aussi à travers les remerciements d’une auditrice qui vous aura appelé un samedi après-midi d’été pour entendre sa chanson préférée alors qu’elle est assise sur sa terrasse à vous écouter.

Personnellement, c’est quand je constate, par exemple, que l’Association pour la radio numérique DR France a repris l’une de mes chroniques pour en expliquer le fonctionnement. Ça, c’est encourageant.

C’est aussi le cas quand je constate que l’Association de la presse francophone et plusieurs de leurs journaux reprennent plusieurs de mes chroniques tant par le biais de leurs publications imprimés que sur Internet.

 

Si vous avez été embauché pour animer à la radio, c’est déjà que vous avez réussi à surclasser les autres candidats.

Comme bénévole, si l’on vous fait suffisamment confiance pour vous remettre les clés de la station afin d’aller y produire votre émission le samedi matin, c’est certainement que vous avez mérité la confiance des patrons.

Ne l’oubliez jamais. Jamais.

%d blogueurs aiment cette page :