1, rue Nicholas, bureau 1206, Ottawa (On) K1N 7B7

(613) 562-0000 rfa@radiorfa.com

Où sont les femmes ?

Jeune femme au micro(Par Simon Forgues) – 8 mars : on célèbre aujourd’hui la Journée de la femme.

On aura beau dire que les femmes ont réalisé de formidables progrès au cours des décennies, mais il reste encore de nombreux domaines où, plus souvent qu’autrement, les hommes et les femmes sont confinés dans des rôles qu’on estime à tort être les leurs.

Parmi ces domaines, la radio a encore son lot de stéréotypes. N’allez pas croire que j’exagère. Il n’y a qu’à tendre l’oreille pour s’apercevoir comme subsistent encore certaines iniquités dans le monde de la radio.

Un créneau horaire, un sexe

Rares sont les femmes qui, en 2013, se voient confier la barre d’une émission du retour à la maison, ou, fait encore plus rarissime, du matin.

Quand cela se produit, parce qu’il y en a bien sûr, elles sont alors plus souvent qu’autrement accompagnées d’un co-animateur ou d’une co-animatrice, comme si une femme ne pouvait à elle seule jouer le chef d’orchestre d’une fanfare au réveil ou au retour.

Attention ! Je ne dis pas qu’il n’y en a pas et qu’il n’y en a jamais eu.

Une Myriam Ségal au Saguenay (Québec) est un brillant exemple de réussite. Mais les cas sont encore trop rarissimes en 2013 pour qu’on puisse célébrer triomphalement.

Ce qui est bon pour minou et bon pour pitou

Malheureusement, tandis que subsistent de profondes injustices envers la gente féminine, il y aussi à l’inverse des iniquités envers les hommes.

Car, oui, il y a toujours deux revers à une médaille.

À titre d’exemple, on n’entend encore que très rarement des hommes dans des rôles de chroniqueurs artistiques à la radio, et l’on n’entendra à peu près jamais l’un d’entre eux animer une émission sur des questions aussi pointues que la sexualité ou la vie de famille. Ça, ce sont les femmes qui s’en occupent.

ÉGALEMENT SUR NOTRE SITE :  Une websérie sur l'Ontario français

Ne nous surprenons pas que les femmes aient encore à faire doublement leurs preuves pour mener la barre d’un show du réveil, et qu’à l’inverse relativement peu d’hommes puissent accéder à des postes qu’on destine d’ordinaire aux femmes.

C’est que la radio demeure encore et depuis toujours un milieu un peu trop conservateur à mon goût.

Désolé de vous servir un tel constat mais il est là.

Mais, car il y a un mais, je suis quand même heureux de constater qu’au sein du milieu de la radio communautaire entre autres, nous ayons accompli des progrès remarquables à ce chapitre.

Sauf qu’il nous reste, à nous aussi, encore beaucoup de chemin à parcourir.

Bonne Journée internationale de la femme

Je profite aujourd’hui de l’occasion pour saluer tout particulièrement le travail remarquable de ma collègue Florence Ngué-No, à laquelle l’ARC du Canada a confié il y a au moins deux ans maintenant les responsabilités du soutien aux radios et de la production des émissions.

Elle anime les émissions « Des cordes à son ARC » et le « TOP 20 RFA » avec un tel aplomb, et elle acquiert d’ailleurs de l’expérience si rapidement, que j’anticipe quelquefois le moment où elle nous quittera pour aller jouer dans les grandes ligues, comme on dit dans le jargon du sport professionnel.

À Florence et aux autres femmes comme elles qui œuvrent en radio, je souhaite une excellente journée du 8 mars.

Et vivement qu’on puise aplanir tous ensemble ces écarts qui subsistent encore ça et là dans la confrérie.

%d blogueurs aiment cette page :