1, rue Nicholas, bureau 1206, Ottawa (On) K1N 7B7

(613) 562-0000 rfa@radiorfa.com

Pandora et bientôt Apple

Dans un billet publié sur le site du Radio Ink Magazine, il était question hier, le 9 septembre, des services de radio musicale sur demande comme celui de Pandora. On expliquait dans ce billet à quel point le service de Pandora (non disponible au  Canada) était devenu si populaire chez nos voisins du sud, qu’il comptait désormais pas moins de 55 millions d’utilisateurs actifs.

D’ailleurs, en avril dernier, le Los Angeles Times publiait un article dans lequel on se demandait s’il ne fallait pas désormais parler de Pandora comme de la station de radio No. 1 de Los Angeles, ce qui n’est pas peu dire.

Mais voilà, si ces chiffres ont de quoi impressionner, et font probablement frémir certains programmateurs radio, particulièrement aux États-Unis bien sûr où le service est offert, l’annonce faite récemment par le Wall Street Journal a quelque chose d’un peu plus inquiétant pour notre secteur.

Quoique…

 

Apple pourrait entrer dans la danse

Dans l’article en question, on affirmait qu’Apple était en pourparlers actuellement afin de créer un service de radio sur demande à peu près semblable à celui de Pandora.

Une nouvelle que se sont empressés de reprendre rapidement à peu près tous les médias de la planète, y compris une impressionnante quantité de stations radiophoniques évidemment. Pas besoin de vous dire que le Web s’est également emballé.

Pourquoi l’industrie radiophonique devrait-elle être soucieuse ? Ou pourquoi ne devrait-elle pas l’être ?

 

Une comparaison de taille

S’il est vrai que Pandora compte environ 55 millions d’abonnés, Apple, elle, jouit non seulement d’un immense capital de sympathie auprès du grand public, mais compte également plusieurs centaines de millions d’abonnés à son service iTunes.

Disons qu’il s’agit d’une bonne base de fidèles pour lancer un tel service.

Je pense que si Apple décide effectivement de se lancer dans l’aventure de la radio sur demande, certains programmateurs de radio américains auront de quoi se questionner sur l’orientation à donner à leur grille de programmation, en tout cas par rapport à l’orientation musicale.

L’effet Apple a été tel à l’annonce de cette nouvelle, que les actions de Pandora n’ont pas tardé à chuté de près de 17 % à la bourse new-yorkaise, avant de reprendre un peu du poil de la bête.

L’annonce a donc eu l’effet d’une petite bombe tant dans le milieu des médias que dans celui des affaires.

Si on n’a pas trop de quoi s’inquiéter de la mode de la radio satellite, on peut cependant se poser de sérieuses questions quant à l’idée de voir débarquer une radio menée par Apple; ce serait peut-être un peu différent.

Le “buzz” Apple est encore très fort, ne l’oublions pas.

 

Faut-il presser le bouton de panique ou pas ?

Ce qu’il faut attendre avant de poser un véritable diagnostic sur les conséquences que pourrait avoir la décision d’Apple de lancer ou non un tel service, c’est surtout la décision que prendront les manufacturiers d’automobiles aux États-Unis.

Quoiqu’on en dise, un fait demeure. La voiture demeure encore l’un des lieux les plus propices à l’écoute de la radio.

ÉGALEMENT SUR NOTRE SITE :  Les 4 formats de bannières que vous devriez pouvoir vendre sur votre site Web

S’il fallait que les manufacturiers automobiles décident de tendre une oreille attentive aux services de la firme de Cupertino en Californie, et que ceux-ci se mettaient à équiper leurs véhicules avec des radios griffés du logo de la pomme croquée, il y a fort à parier que l’effet serait autrement plus impressionnant que ne l’a été l’installation de récepteurs de radio satellite XM et Sirius à l’époque.

Or, une question demeure. Devant l’accueil plutôt tiède qu’ont reçu les récepteurs de radio satellitaire, et avec la conjoncture économique plutôt fragile aux États-Unis en ce moment, les constructeurs seront-ils vraiment intéressés à répéter une aventure aussi risquée ? Même avec Apple ? Ça, c’est une bonne question.

 

En tant que radiodiffuseurs communautaires, et canadiens de surcroît, devrions-nous trembler devant la possibilité que les voitures soient éventuellement équipés d’une radio Apple, de la même façon que les iPhone et iPod foisonnent entre les mains des consommateur du monde entier, et ce, incluant ceux de votre communauté ?

Je ne pense pas. Si quelqu’un doit trembler, c’est bien plus Pandora que nous-mêmes, des radios dites traditionnels et communautaires de surcroît.

 

Malgré le fait que Pandora ait retiré passablement de dollars de l’assiette publicitaire radiophonique depuis son arrivée, et que l’avènement d’Apple dans le secteur de la radiodiffusion sur demande ait de quoi inquiéter quelque peu, il ne faut pas non plus perdre de vue que nos radios sont des services de proximité qui relaient des informations aussi essentiels que l’actualité locale, les bulletins communautaires, la météo régionale et les alertes météorologiques, etc.

Ce n’est ni sur des services tels que la radio satellite ou Pandora et Apple que les consommateurs iront quérir leurs informations locales et régionales auxquelles ils sont attachés.

C’est via votre antenne et votre service de streaming en ligne. Ne l’oubliez pas dans votre stratégie.

En revanche, si vous martelez que vous offrez la plus grande variété musicale et n’êtes pas en mesure d’assurer, là, par contre, ça risque d’être un peu plus difficile.

 

Il sera intéressant de voir si Apple donnera suite à cette idée de se lancer dans la radio sur demande, et si elle le fait, quels seront les effets sur les consommateurs.

Peut-être avez-vous déjà acquis une automobile dans laquelle avait été installée préalablement une radio satellite. Probablement avez-vous également bénéficié au début d’une période d’essai gratuite. Au terme de cet période, avez-vous poursuivi l’aventure et vous êtes-vous abonnés à la radio satellitaire ?

Si votre prochaine voiture était équipée d’un système de radio Apple, auquel vous pourriez de surcroît jumeler votre iPhone par exemple pour des services main-libre, seriez-vous tentés par l’aventure ? Consommeriez-vous moins de radio traditionnelle dans vos déplacements ?

Toutes des questions auxquelles il serait intéressant que vous répondiez avant de prendre le mors aux dents. D’ailleurs, si vous avez des commentaires n’hésitez pas à me les faire connaître ci-dessous. Je suis curieux de vous lire.

À suivre…

  • Pingback: Dossiers de la semaine (10 septembre 2012) - Alliance des radios communautaires du Canada | ARC du Canada » Alliance des radios communautaires du Canada | ARC du Canada()

  • Pingback: La radio, un faible compétiteur | ARC du Canada()

%d blogueurs aiment cette page :