1, rue Nicholas, bureau 1206, Ottawa (On) K1N 7B7

(613) 562-0000 rfa@radiorfa.com

Pertes d’emplois chez Bell Média. Pas trop surpris, j’espère ?

(Par Simon Forgues) – Selon le quotidien La Presse, qui cite LesAffaires.com, ce sont jusqu’à 450 emplois qui pourraient disparaître chez Bell Média suite à l’acquisition d’Astral.

Les gestionnaires ont encore jusqu’au 31 décembre prochain, soit la fin de l’exercice financier, afin de déterminer lesquels des employés seront remerciés.

Bell Média voudrait ainsi réduire le « chevauchement » de postes, et ce, tant à Toronto qu’à Montréal.

Ne faites pas semblant d’être étonné devant une telle décision. Le président de l’entreprise avait lui-même affirmé en avril dernier devant l’Académie canadienne du cinéma et de la télévision, qu’il refusait de donner des garanties sur les emplois. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce qu’ils procèdent de la sorte. Business is business, dirions-nous en arpentant les trottoirs de Bay Street.

ÉtonnementCe qui est plutôt intéressant dans toute l’histoire en revanche, c’est que pas plus tard qu’en septembre 2012, lors de la première audience devant le CRTC, Bell avait justement argué que de nombreux emplois allaient être perdus si Astral était vendue à la pièce plutôt qu’à une seule et même entreprise, en l’occurrence la leur bien sûr.

ÉGALEMENT SUR NOTRE SITE :  Les avantages de la pub radio : l'exclusivité

En un mot comme en mille, que Bell ait acheté Astral ou pas, des emplois allaient être perdus de toute façon. Et ainsi va la vie dans le merveilleux monde des médias privés. Pas trop surpris, j’espère ?

N’allez pas croire que j’en tiens rigueur à Bell. Pas du tout. Je ferais sans doute la même chose si j’étais propriétaire d’une telle machine. C’est seulement qu’il faut être conséquent dans la vie et dire les vraies affaires d’un bout à l’autre.

%d blogueurs aiment cette page :