1, rue Nicholas, bureau 1206, Ottawa (On) K1N 7B7

(613) 562-0000 rfa@radiorfa.com

Vous pourriez écouter la radio FM sur votre cellulaire, mais certains vous en empêchent

Écoutez la radio sur la bande FM directement dans son téléphone cellulaire ? Possible…

… en autant bien sûr que vous ayez choisi le bon téléphone et que votre compagnie de téléphonie mobile vous en offre la chance.

Seriez-vous étonné si je vous disais que plusieurs voire même la grande majorité des appareils Android ont la capacité de capter la radio FM ? Même l’iPhone d’Apple intègre une puce FM… qui n’est pourtant pas activée.

Mais, si les manufacturiers n’activent pas cette fonction, c’est bien souvent parce que les fournisseurs de téléphonie mobile n’en veulent pas. Voilà qui est dit.

Écouter la radio sur HTC Evo V 4G
(Source : TheTechTechies / YouTube)

 

L’écoute de la radio sur Internet, une belle grosse “business”

Même si la diffusion en continu sur Internet (streaming) offre la chance d’écouter sa radio préférée lorsqu’on est loin de chez soi, la bande FM a quand même des avantages indéniables : on peut l’écouter gratuitement, sans données mobiles et tout en consommant beaucoup moins d’énergie.

Mais pour y arriver, encore faut-il que le manufacturier ait installé une puce électronique qui permet de syntoniser la radio hertzienne ET que votre fournisseur de services mobiles ait bien voulu vendre ce modèle.

Pourtant, des marques aussi réputées que Samsung, LG ou encore Sony intègrent des puces FM à leurs téléphones mobiles. Et sur des modèles très prisés des consommateurs en plus, pas que sur d’obscurs modèles arrivés d’Asie.

Je vais vous confier un secret…

Je vais vous dire comment je m’y suis pris pour toujours avoir la radio FM sur mes téléphones cellulaires.

C’est que j’achète TOUJOURS mes téléphones ailleurs que chez mon fournisseur de téléphonie mobile. Aussi facile que ça.

Je n’achète JAMAIS de téléphone chez une entreprise de téléphonie sans fil. JAMAIS.

Le plus ironique, c’est que les gens sont heureux de posséder un téléphone de plusieurs centaines de dollars dont ils ne peuvent tirer tout le potentiel et continuent à payer le gros prix pour écouter la radio sans rechigner.

Ironique, non ?

Si la puce FM n’est pas activée, c’est que les entreprises de téléphonie sans fil s’assurent ainsi que vous consommerez des données mobiles pour écouter la radio sur Internet.

En écoutant la radio sur Internet ne serait-ce que 2 petites heures à tous les jours, vous consommez plusieurs gigaoctets de données mobiles sur une période d’un mois. Souvent 3 ou même jusqu’à 4 gigaoctets.

Combien ça coûte un forfait de données mobiles de 3 ou 4 gigaoctets chez les fournisseurs canadiens de téléphonie sans fil ? 40 dollars ? Ou même 50 environ ?

Vous aimez ça payer pour écouter votre station locale ? Cinquante dollars par mois, soit environ une dizaine ou une douzaine de dollars par semaine, pour un service qui existe gratuitement.

Je ne vous interdis pas d’écouter la radio de France, d’Australie ou encore de Grande-Bretagne. Ce n’est pas ça mon discours.

Mais, pourquoi devez-vous consommer des données mobiles pour écouter votre station locale alors que vous pourriez l’écouter sans frais avec le même petit appareil sur lequel vous écoutez généralement votre musique ?

Surtout qu’en plus de ne pas consommer de données mobiles, l’écoute de la radio FM a d’autres avantages à ne pas négliger. Des études ont prouvé notamment que l’écoute de la radio FM peut consommer jusqu’à 66% moins d’énergie que la radio en ligne.

ÉGALEMENT SUR NOTRE SITE :  La rouille, l'ennemie de votre voiture (chronique auto)

Dans cette vidéo (en anglais), le type fait la démonstration qu’il est possible d’installer un syntonisateur FM dans certains téléphones, et ce, même si le détaillant n’en a pas fait mention. Attention ! Notez que ça ne fonctionnera pas nécessairement dans votre téléphone, mais c’est possible dans certains cas.

 

Un minimum de vision ferait du bien au Canada

Aux États-Unis, des fournisseurs de téléphonie sans fil bien connus comme Sprint et AT&T ont (enfin !) compris qu’il était plus intelligent d’activer la puce FM dans les téléphones cellulaires, plutôt que de vivre dans le déni.

Oui, la radio FM existe bel et bien, et elle là pour durer encore longtemps.

Ainsi, les entreprises de téléphonie sans fil américaines se sont associées à NextRadio non seulement pour permettre aux utilisateurs d’écouter la radio FM sur leur téléphone cellulaire, mais de pouvoir profiter en plus de nombreux petits à-côtés comme l’affichage des pochettes d’albums, des infos en temps réel, etc.

S’il est vrai qu’il est encore nécessaire de consommer des données mobiles pour bénéficier des petits à-côtés avec la solution NextRadio, il reste qu’on en consomme beaucoup moins et qu’il est toujours possible d’écouter la radio sans les données mobiles simplement en désactivant les fonctions évoluées.

Bref, vous avez le meilleur des deux mondes. La radio gratuite si vous le souhaitez ET la radio 2.0 si… Euh ! Encore là, si vous le souhaitez. Pas si la compagnie de cellulaire l’a décidé à votre place.

Des initiatives comme Free Radio on My Phone ont été lancées au cours des dernières années aux États-Unis pour créer de la pression afin que la puce FM soit activée dans TOUS les téléphones cellulaires aux États-Unis.

Le mouvement a d’abord fait monter Sprint à bord du train, puis la vague a été suffisamment forte pour que AT&T, T-Mobile, Verizon et d’autres adhèrent elles aussi à l’idée.

Mais, ne cherchez pas comment installer NextRadio sur votre smartphone et vous affranchir des limites imposées par votre fournisseur de téléphonie mobile au Canada. Ça ne marche pas aussi facilement chez nous.

Je ferme les yeux, je rêve un peu… J’essaie d’imaginer ça de notre côté de la frontière.

Serait-il possible de créer un tel “buzz” au Canada ? Pour qu’on puisse enfin écouter notre radio locale gratuitement sur notre téléphone ?

 

(Source de l’image : TheTechTechies / YouTube)

The following two tabs change content below.

Simon Forgues

Agent (communications et développement) chez l'ARC du Canada
Diplômé en animation radio/télé au début des années 1990, il a œuvré pendant près d'une vingtaine d'années dans diverses stations de radio et a cumulé également des tâches en coordination musicale et à la programmation.
%d blogueurs aiment cette page :