1, rue Nicholas, bureau 1206, Ottawa (On) K1N 7B7

(613) 562-0000 rfa@radiorfa.com

Préparer demain en regardant hier et aujourd’hui

(Par Simon Forgues) – Petite question : Servez-vous bien votre auditoire ?

Votre radio communautaire a été fondée il y a peut-être quinze ou vingt ans afin de répondre aux besoins de votre communauté.

Cadran radioÀ l’époque, en pleine décennie 1990, et même au début des années 2000, vos concitoyens n’avaient sans doute pas encore développé le réflexe de se rendre sur Internet pour s’informer de la dernière nouvelle de l’heure, ni de visionner des vidéos sur les sites Web ou encore d’écouter des podcasts.

À ce moment-là, les téléphones mobiles ne faisaient pas grand chose d’autre non plus que de téléphoner et, pour autant que je sache, les réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter n’avaient pas encore le vent dans les voiles.

Le besoin de revoir… les besoins

Les gens ont vieilli depuis. Certaines personnes ont quitté la région, alors que d’autres sont décédés. De nouveaux visages sont arrivés, puis une nouvelle génération et peut-être même deux ont poussé depuis que votre radio existe.

Kijiji, eBay et Craiglist sont arrivés pour les annonces classées. YouTube, Vevo et iTunes pour les besoins musicaux. Facebook pour souhaiter bonne fête à sa cousine, puis Twitter pour suivre le compte de la municipalité et apprendre les bris d’aqueducs.

Les besoins sont-ils les mêmes ? Votre organisation s’est-elle penchée depuis toutes ces années sur les services qu’elle offre à sa communauté ? Sinon, elle le devrait.

Pourquoi eux mais pas vous ?

Comme Sun Média l’a fait il y a quelques jours, quand elle a annoncé dans un communiqué la suppression de 200 emplois.

Ce n’est ni la première, ni la dernière fois. Je vous assure.

« Cette mesure de rationalisation et d’optimisation de l’entreprise s’inscrit dans un contexte de transformation profonde, et sans précédent, de la presse écrite, laquelle est marquée principalement par l’avènement du numérique », ont-ils écrit dans leur communiqué.

Si vous n’en êtes pas convaincus, relisez donc les premiers paragraphes de mon texte. Oui, beaucoup de choses ont changées, et pas que dans de secteur de la presse en papier.

Attention, je n’applaudis pas comme une otarie de cirque devant de semblables mesures, et, dans un monde idéal, aucune entreprise ne devrait être contrainte de poser de tels gestes.

Mais qu’ont-ils donc fait ?

Qu’on fait les gens dans cette grosse entreprise ? Ils se sont demandés si les produits répondaient encore aux besoins du public, s’ils avaient toujours les ressources financières pour combler les attentes tant de leurs clients que de leurs actionnaires, puis ils ont donné un coup de barre.

Le lendemain, on apprenait d’ailleurs que Québecor cédait pas moins de 74 hebdomadaires à une entreprise rivale, TC Media, toujours dans un but de revoir ses activités. Montant de la transaction : 75 M$.

Oui, je sais bien qu’il s’agit d’une entreprise dont les actionnaires veulent retirer des bénéfices, que nous sommes ici dans un contexte purement capitaliste. On a affaire ici à de gros chiffres, que dis-je, d’immenses chiffres.

Mais vous-mêmes, qui êtes impliqués dans une organisation à but non lucratif, avez-vous les moyens de mettre de l’encre rouge ad vitam æternam dans la comptabilité de la radio seulement parce qu’on continue d’offrir des services qui ne répondent pas à la collectivité ?

ÉGALEMENT SUR NOTRE SITE :  Le CRTC rend une décision importante pour l'industrie de l'Internet au pays

Et si vos chiffres sont encore baignés d’encre verte aujourd’hui, comme c’est le cas pour certains, le seront-ils encore dans cinq ou même à peine deux ans ?

Pourquoi ne regarderiez-vous pas ce que votre organisation fait aujourd’hui et ce que vous faisiez hier afin de préparer ce que vous ferez demain ? Ça n’a rien de malsain.

Quelques exemples éloquents de cette logique

Comme exemples probants de cette nécessité de repenser les façons de faire, je n’évoquerai que les cas de Rafale FM à Terre-Neuve et Labrador, qui a implanté des réémetteurs alimentés par protocole IP à travers quelques communautés, ou encore CFRG FM, qui travaille à la création d’une forme de réseautage entre les communautés francophones de la Saskatchewan, afin d’éventuellement partager des contenus audio et écrits entre elles.

« Coudonc’, Forgues !, diront sans doute quelques-uns parmi vous. Pour qui tu te prends pour nous envoyer ton genre de signal d’alarme ? »

Hé ! Ho ! Je ne parle pas contre la radio. Loin de là. Je ne parle pas non plus de fermeture, ni même nécessairement d’une mutation profonde. Je crois encore profondément au média de proximité qu’est la radio.

Mais je suggère peut-être une réorganisation, un repositionnement stratégique, une refonte de vos produits offerts en ondes. De nouvelles façons d’acquérir du contenu local via la production à la maison par exemple. De nouveaux moyens d’impliquer vos concitoyens et d’en faire des journalistes locaux en créant des espaces de partage de photos sur votre site Web. Etc.

[pullquote align=”center” textalign=”center” width=”90%”]« Coudonc’, Forgues !, diront sans doute quelques-uns parmi vous. Pour qui tu te prends pour envoyer ton genre de signal d’alarme ? »[/pullquote]

 

J’écris ça. soit dit en passant, avec tout le recul et la sincérité de celui qui a débuté sa carrière en ondes en faisant jouer des disques en vinyle et en parlant des petits potins et des nouvelles lus dans les magazines et les journaux de l’époque.

Depuis, les façons de faire de la radio ne sont plus tout à fait les mêmes.

De petites radios privées passent sous le giron de grands conglomérats. Les shows du matin, du midi et du retour y sont de plus en plus faits en réseau. Etc.

Les choses ont-elles changées depuis ? Beaucoup. Mais vous ?

The following two tabs change content below.

Simon Forgues

Agent (communications et développement) chez l'ARC du Canada
Diplômé en animation radio/télé au début des années 1990, il a œuvré pendant près d'une vingtaine d'années dans diverses stations de radio et a cumulé également des tâches en coordination musicale et à la programmation.
%d blogueurs aiment cette page :