1, rue Nicholas, bureau 1206, Ottawa (On) K1N 7B7

(613) 562-0000 rfa@radiorfa.com

Quelques mythes à abattre sur la radio communautaire

(Par Simon Forgues) – Je vais peut-être apprendre des choses à certains d’entre vous, mais votre radio communautaire ne paie pas les factures avec des prières.

DémolitionComme pour n’importe quelle entreprise, il existe une impressionnante quantité de dépenses dans une radio communautaire : électricité, Internet, salaires, papeterie, amortissement des équipements, loyer ou hypothèque, etc. Et c’est sans compter les frais qui ne concernent que le domaine de la radio comme des droits de diffusion et d’auteur.

Pour payer tout ça, on ne peut s’en remettre à la Sainte-Trinité. Ça prend de l’argent.

Aujourd’hui, je vais donc tenter d’abattre quelques mythes qui ont la couenne dure, dont la plupart concernent les finances.

 

La radio communautaire est-elle tenue de « donner » de l’espace promotionnel ?

Plusieurs croient à tort que les radios communautaires sont obligées d’offrir généreusement de l’espace promotionnel sur leurs ondes sous prétexte qu’elles doivent servir la communauté.

Ce n’est pas parce que votre radio locale a le statut de “communautaire” qu’elle doit forcément « donner du temps d’antenne » à n’importe qui et sous n’importe quel prétexte.

Nos radios sont des organismes à but non lucratif, certes. Elles sont aussi très ouvertes sur la communauté, c’est vrai.

Mais en même temps, le but est de boucler les fins de mois et de demeurer en opération. Donc, la promotion et les publicités sont payantes.

Généralement, une politique à cet égard est rédigée par les membres du conseil d’administration et/ou l’assemblée des membres, et l’on détermine à qui sera offert du temps d’antenne gratuit, en quelles circonstances et sous quelle forme : entrevues, publicités gratuites, reportages en direct, etc.

La politique pourra aussi inclure des tarifications distinctes selon qu’il s’agisse d’une entreprise commerciale ou encore d’un organisme communautaire.

Sinon, rien ne contraint votre station à offrir par exemple 60 publicités gratuites de 30 secondes à tel organisme plutôt que tel autres pour assurer la promotion d’une activité.

 

 

Nos radios communautaires bénéficient-elles de subventions gouvernementales pour leurs opérations courantes ?

Ailleurs dans le monde, oui, mais pas les radios communautaires membres de l’ARC du Canada.

ÉGALEMENT SUR NOTRE SITE :  Une radio avec, par et pour la communauté

À part quelques programmes pour le renouvellement des équipements par exemple, ou encore certaines particularités provinciales ou régionales, en général nos radios opèrent seulement avec des revenus autonomes.

Ces revenus sont constitués de ventes publicitaires et d’activités de financement diverses comme des radiothons, des bingos ou la vente de produits dérivés.

 

Ça coûte cher de s’annoncer à la radio ?

Comme je l’écrivais hier dans un billet sur notre blogue, c’est la radio qui, de tous les médias, offre encore et toujours le meilleur retour sur l’investissement, et ce, depuis des années.

Comme l’a démontré une importante étude britannique du Radio Advertising Bureau, pour chaque £ 1 investie (1,67 $ CAD) dans la publicité radio, le retour sur l’investissement de l’annonceur est de £ 18.90 (31,65 $ CAD).

En comparaison, la télé offre un retour sur l’investissement d’à peu près £ 11.50 (19,26 $ CAD) et la presse £6.50 (11,55 $ CAD).

Votre achat publicitaire n’est donc pas une dépense, c’est un investissement.

Si vous divisez la somme investie dans une campagne publicitaire radio par le nombre d’auditeurs que vous réussirez à rejoindre, vous constaterez que cela vous coûtera sans doute bien moins cher que de faire du publipostage ou encore de l’affichage par exemple.

 

(Image courtoisie de Stuart Miles / FreeDigitalPhotos.net)

The following two tabs change content below.

Simon Forgues

Agent (communications et développement) chez l'ARC du Canada
Diplômé en animation radio/télé au début des années 1990, il a œuvré pendant près d'une vingtaine d'années dans diverses stations de radio et a cumulé également des tâches en coordination musicale et à la programmation.
%d blogueurs aiment cette page :