1, rue Nicholas, bureau 1206, Ottawa (On) K1N 7B7

(613) 562-0000 rfa@radiorfa.com

RNC Média est-elle réellement à vendre ?

Console radio(Par Simon Forgues) – Des rumeurs circulent ces jours-ci à l’effet que RNC Média voudrait vendre ses actifs radio et télé.

Si je vous en parle, c’est que, lorsque surviennent des transactions dans le secteur de la radio au pays, des grosses comme des petites, un certain pourcentage de la transaction doit être versé pour le développement du contenu canadien.

De cette somme, qu’on appelle les avantages tangibles, une partie est destinée au Fonds canadien de la radio communautaire.

Voilà pourquoi une telle information nous amène à tendre un peu l’oreille.

Cela étant dit, je n’extrapolerai ni sur le montant d’une transaction semblable, ni sur les sommes qui pourraient être versées au Fonds canadien de la radio communautaire, mais on sera d’accord vous et moi pour dire que la vente de 16 stations d’un coup, c’est ce qu’on peut qualifier de grosse transaction.

D’autant plus qu’au nombre des stations de RNC Média, on trouve en outre CHOI Radio X, l’une des plus populaires dans la grande région de Québec.

 

Qui achèterait quoi

Des sources affirment donc que RNC Média aurait eu des échanges avec deux entreprises au cours des derniers jours pour une vente potentielle de ses actifs radio et télé.

La Presse+ rapporte la nouvelle dans son édition du 28 janvier 2015, et, la veille, sur les ondes d’une station radiophonique de la Vieille capitale, l’animateur Gilles Parent évoquait justement les rumeurs persistantes à cet effet. Ce dernier mentionne que l’albertaine Corus Entertainment serait sur les rangs.

Entre vous et moi, même s’il en est question dans l’article de La Presse+, oublions Bell.

La bannière vient à peine d’acquérir les chaînes télé et les radios d’Astral et, du coup, se retrouverait avec beaucoup trop de stations pour respecter les règles en la matière.

Dans la nouvelle parue dans La Presse+, il est aussi question de Québecor. On va même jusqu’à évoquer le fait que l’entreprise ne possède pas de stations de radio.

Ici, je tiens à allumer une ampoule rouge. Toute petite lumière dans le tableau de bord.

Il serait, selon moi, assez peu probable que le géant de l’imprimé et de la télévision se porte acquéreur des radios de RNC Média.

Pourquoi ? Parce que les règles sur la concentration de la presse au Canada ne le lui permettrait sans doute pas. Tout simplement.

Les organismes de régulation bloqueraient l’achat, qu’il s’agisse du CRTC ou du Bureau de la concurrence.

Pour ceux qui ne s’en souviennent pas, la tentative de Québecor d’acquérir Radiomédia au début des années 2000 s’était justement soldée par un refus du CRTC, qui avait estimé à l’époque que la transaction allait contribuer à une trop grande concentration de la presse.

Je serais pour le moins étonné qu’à peine une douzaine d’années plus tard, on leur permettrait d’acquérir une entreprise de radio qui, contrairement à Radiomédia au début des années 2000, disposent d’un parc de stations FM plutôt bien nanties à quelques exceptions près. Les stations AM de Radiomédia à l’époque n’étaient pas exactement ce que j’appellerais des modèles de santé financière et le CRTC avait bloqué la transaction.

ÉGALEMENT SUR NOTRE SITE :  Acadie en ondes : une étude sur les radios communautaires

Pourquoi accepterait-il en 2015 une vente comme celle-ci ?

Si jamais Québecor fait partie de l’équation, ce sera sans doute pour acquérir les chaînes de télé de RNC Média, qui en possède cinq, dont trois sont situés en Abitibi et deux autres à Gatineau, en Outaouais.

Certaines personnes sont convaincues que Québecor est déjà implanté en Outaouais et en Abitibi, parce qu’on peut y visionner des émissions du réseau TVA. Mais il s’agit en fait de chaînes affiliées.

C’est la même chose pour les chaînes de Carleton-sur-Mer en Gaspésie et Rivière-du-Loup dans le Bas-Saint-Laurent. Des chaînes affiliées elles aussi mais appartenant à d’autres compagnies.

Toutes les chaînes de télé appartenant à RNC Média sont affiliées à un réseau. Deux d’entre elles le sont avec V Télé, une est affiliée à Radio-Canada, tandis que les deux dernières ont une affiliation avec le réseau TVA.

 

En conclusion

Dans un article paru le 27 janvier dans Le Journal de Québec, le grand patron de RNC Média, Raynald Brière, a complètement réfuté les allégations et répété que l’entreprise n’était pas à vendre.

Mais, comme il n’y a pas de fumée sans feu, et que le domaine des médias nous réserve quelquefois de bien étranges surprises, on garde l’œil ouvert.

Comme je l’écrivais un peu plus haut, le Fonds canadien de la radio communautaire pourrait en tirer certains bénéfices si la vente avait lieu. Je pensais, après les tractations entre Bell et Astral, que des achats semblables en radio allaient devenir de plus en plus rarissimes, mais force est d’admettre qu’il y a encore des compagnies qui croient au potentiel de ce média. Tant mieux.

Pensez-vous une telle transaction possible ? Et, est-elle souhaitable, ne serait-ce que pour la diversité des voix ?

 

(Photo à la une : Pixabay.com / licence CC0)

The following two tabs change content below.

Simon Forgues

Agent (communications et développement) chez l'ARC du Canada
Diplômé en animation radio/télé au début des années 1990, il a œuvré pendant près d'une vingtaine d'années dans diverses stations de radio et a cumulé également des tâches en coordination musicale et à la programmation.
%d blogueurs aiment cette page :