1, rue Nicholas, bureau 1206, Ottawa (On) K1N 7B7

(613) 562-0000 rfa@radiorfa.com

Shazam des milliards et des milliards de fois

(Par Simon Forgues) – Le service Shazam vient de franchir une marque absolument phénoménale.

Dans un communiqué publié il y a quelques jours, l’entreprise a annoncé que son service a été utilisé à 10 milliards de reprises depuis ses débuts afin de permettre aux gens d’identifier et d’acquérir ensuite de la musique.

La marque est impressionnante, mais le fonctionnement lui-même a de quoi impressionner le commun des mortels encore davantage.

On entend une chanson à la radio (ou même une chanson-thème à la télé par exemple) mais on ignore le titre. Qu’à cela ne tienne.

On prend tout simplement notre téléphone mobile équipé de l’application Shazam sous iOS, Android, Blackberry ou Windows Phone, puis en pointant le microphone de l’appareil en direction de la source sonore, on obtient en quelques instants les informations sur le titre en question.

Shazam pour Android

 

Mais comment diable cela fonctionne-t-il ?

Le service Shazam utilise une technologie brevetée pour comparer l’extrait audio que vous lui faites entendre avec une base de données renfermant des millions de titres.

Est-ce que l’application compare l’extrait audio à proprement parler avec tous les fichiers eux-mêmes contenus dans la base de données ?

Non, pas vraiment.

En fait, c’est beaucoup plus simple qu’il n’y paraît, même si ça reste un procédé relativement complexe.

Pour vulgariser, disons simplement que chaque chanson a une empreinte sonore (son spectre) et que Shazam compare cette empreinte que vous lui fournissez avec celles contenues dans une base de données appartenant à une entreprise du nom de BMI.

Pour faire une comparaison, c’est un peu comme si la police (Shazam) prenait les empreintes digitales d’un suspect (la chanson inconnue) et qu’elle les comparait avec celles contenues dans sa base de données (les titres identifiés).

ÉGALEMENT SUR NOTRE SITE :  Les services par satellite sous la loupe du CRTC

Voilà ! Aussi simple que ça.

 

Quelle utilité pour les gens de la radio

Hé, oui ! La technologie est rendue là. Mais, Shazam ne date pas d’hier. Le service a été fondé il y a plus d’une décennie.

Quelle utilité ce service pourrait-il avoir pour nous, les gens de l’industrie de la radio ?

Soyons honnêtes. On ne connaît pas tous les titres de toutes les bonnes chansons qu’on peut entendre un peu partout durant une journée.

Si l’on est le directeur musical d’une station, l’idée de traîner avec soi une aussi grosse banque de données musicales est géniale !

Vous entendez un titre chez le compétiteur, il est très bon et il s’avère que ça fait longtemps que vous aimeriez l’insérer parmi votre catalogue musical.

Shazam pourrait être votre plus précieux allié ! Si vous saviez d’ailleurs le nombre d’animateurs et animatrices radio qui possèdent déjà Shazam sur leur appareil mobile. Allez, ne vous en privez pas.

De nos jours, plus de 70 millions d’utilisateurs s’en servent activement à chaque mois. Pour tout dire, ce sont plus de 350 millions de personnes qui ont déjà utilisé Shazam.

L’entreprise se targue même d’avoir fait entrer pas moins de 300 M$ dans les coffres de l’industrie des œuvres numériques depuis les douze derniers mois, tout ça parce que des gens ont acquis une chanson après l’avoir identifié à l’aide de l’application.

Pas mal, non ?

%d blogueurs aiment cette page :