1, rue Nicholas, bureau 1206, Ottawa (On) K1N 7B7

(613) 562-0000 rfa@radiorfa.com

Le trio “Société d’État, les CLOSM et radios communautaires”

Antenne satellite CBC/Radio-Canada(Par Simon Forgues) – Une année s’est écoulée depuis que CBC/Radio-Canada a obtenu un renouvellement de licence pour ses diverses plateformes radio et télé en 2013.

Au moment du renouvellement, le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) avait souhaité offrir à la Société d’État des conditions favorables à la poursuite de son mandat dans l’univers médiatique canadien.

Voilà qu’au terme d’une douzaine de mois d’opération avec ces nouvelles balises, l’entreprise publique vient de déposer une première série de rapports qui témoignent de ses activités depuis septembre 2013.

 

Les CLOSM sont-elles bien servies ?

Dans ces rapports qu’on trouve en ligne sur le site de la Société d’État, il est beaucoup question des Canadiens vivant dans des communautés de langue officielle en situation minoritaire (CLOSM). Je vous invite d’ailleurs à en prendre connaissance.

L’un des rapports (en format .PDF) s’attarde tout particulièrement sur le processus de consultation qu’elle avait promis de mener auprès des CLOSM francophones et anglophones du pays.

On y répertorie les diverses rencontres qui ont été organisées et l’on fournit un bref aperçu de ce qu’il reste à accomplir.

Apparemment, lors de ces séances de consultation, certains participants auraient demandé à la Société qu’elle consolide sa présence au sein de la vie communautaire des CLOSM, tout particulièrement au chapitre de la sphère culturelle, que ce soit par des partenariats, le dépistage de nouveaux talents, etc.

 

J’aime tout particulièrement le mot « partenariat » car il implique la participation du milieu et que nos radios font justement partie des communautés, puisqu’elles en sont la propriété.

 

Force est d’admettre d’ailleurs, qu’à ce chapitre-là, CBC/Radio-Canada peut jouer un rôle de premier plan à titre de diffuseur national dont les ramifications s’étendent à l’échelle provinciale et territoriale, et, dans une certaine mesure, jusqu’au niveau régional grâce à son réseau d’antennes de retransmission.

Sauf que, ce qu’il ne faudrait pas perdre de vue, c’est qu’au niveau des collectivités à proprement parler, ce sont les radiodiffuseurs communautaires comme les nôtres qui jouent un rôle prépondérant dans la promotion des arts et de la culture.

ÉGALEMENT SUR NOTRE SITE :  Le remote publicitaire: 5 minutes pour mieux le faire (capsule vidéo)

Ce sont nos radios qui promeuvent les spectacles locaux et y assistent, ou encore qui offrent aux jeunes talents locaux leurs premières entrevues radio.

Ce sont nos membres aussi qui couvrent le vernissage d’un peintre à la galerie d’art locale et en font une nouvelle à leur bulletin d’information.

Ce sont elles qui se déplacent dans les écoles pour prêter assistance aux jeunes dans les radios étudiantes et qui accueillent en leurs murs certains d’entre eux pour prendre le micro les soirs et les weekends.

Il est à souhaiter, c’est du moins mon avis, que la Société d’État continuera de percevoir nos radios non pas comme des rivaux mais plutôt comme des éléments fondamentaux de l’épanouissement des CLOSM. Malheureusement, et encore là c’est mon opinion, ce n’est pas toujours évident.

Pour atteindre voire dépasser la barre qu’elle et le CRTC ont établie, il faudra qu’elle offre ou qu’elle continue d’offrir des conditions favorables à remplir notre mandat en complémentarité du sien. Comment ? Je donne des exemples.

En favorisant l’accès à son réseau de tours de transmission pour nos antennes. En mettant à profit l’expertise de ses employés pour prodiguer de la formation ou des services techniques. Etc.

La liste pourrait être encore longue. ce ne sont que des exemples. En avez-vous ?

 

(Image : Wikimedia Commons)

The following two tabs change content below.

Simon Forgues

Agent (communications et développement) chez l'ARC du Canada
Diplômé en animation radio/télé au début des années 1990, il a œuvré pendant près d'une vingtaine d'années dans diverses stations de radio et a cumulé également des tâches en coordination musicale et à la programmation.
%d blogueurs aiment cette page :