1, rue Nicholas, bureau 1206, Ottawa (On) K1N 7B7

(613) 562-0000 rfa@radiorfa.com

Votre site Web n’est pas adapté aux appareils mobiles ? Voyez-y maintenant

(Par Simon Forgues) – Le trafic Internet en provenance des appareils mobiles est en plein croissance.

On n’a qu’à regarder nos statistiques pour constater que d’un mois à l’autre, les visites sont toujours plus nombreuses depuis les téléphones et les tablettes.

Il est ESSENTIEL que votre site Internet soit facile à consulter sur les petits écrans. Ce n’est plus un luxe, c’est une obligation.

 

Une certification claire pour les mobinautes

Depuis un moment, Google et Bing disposent d’un label pour sites mobiles. Les sites accessibles aux tablettes et téléphones portables sont clairement distingués de ceux qui ne le sont pas. Avertissement ! La mention apparaît seulement lors d’une recherche sur un appareil mobile. C’est donc plus intéressant pour un mobinaute de visiter un site adapté à son écran, qu’un autre qui ne l’est pas.

15-05-13 - 1

 

Le trafic mobile est en hausse constante

Ça grimpe, ça grimpe. Ça n’arrête pas. Il y a 4-5 ans, c’était presque anecdotique de recevoir des visites depuis un téléphone portable ou une tablette. En 2015, c’est maintenant environ 41 % de notre trafic mensuel. Environ 3 visites sur 10 viennent d’un téléphone intelligent et 1 sur 10 depuis une tablette tactile.

Les mobinautes veulent des sites adaptés aux petits écrans et qui se chargent rapidement. Ils n’aiment pas zoomer pour lire les petits caractères et n’apprécient pas non plus d’être obligés de naviguer de gauche à droite de l’écran pour lire. Oubliez également les trucs dépassés comme le lecteur audio en Flash, aujourd’hui ça doit se faire en code HTML5.

Les sites pour appareils mobiles ont la particularité d’être généralement moins gourmand en données, et, à cause de leur conception, sont plus rapides à afficher que les sites traditionnels. Voilà deux avantages indéniables quand on utilise nos données mobiles pour naviguer au lieu du Wifi.

 

Site mobile ou site adaptatif (responsive design) ?

Il existe au moins deux bonnes façons d’accommoder les mobinautes. Trois si on inclus les applications natives comme iOS ou Android, mais je ne crois pas que ce soit la meilleure solution dans un cas comme le vôtre.

Certains possèdent donc un site qu’on dira mobile. Le contenu est à peu près ou même carrément pareil que leur site Web régulier, mais c’est presque comme d’avoir deux sites.

D’autres, et c’est notre cas, disposent plutôt d’un gabarit qui s’adapte à la résolution de l’écran du visiteur. C’est ce qu’on appelle le « responsive design ». Les éléments sont les mêmes que sur le site Web traditionnel, mais ils sont disposés de façon à optimiser l’affichage sur des écrans de petite taille.

On distingue en général les sites adaptatifs des sites mobiles par l’ajout d’un préfixe m. ou mobile. devant l’adresse, tandis que les sites possédant un gabarit adaptatif affichent en général la même adresse. On va comparer les deux options…

 

Petit jeu des comparaisons :

Au Québec, la STO, la société de transport en commun de l’Outaouais (STO) a deux versions de son site. L’une est une version traditionnelle; il faut taper www.sto.ca pour l’atteindre. La résolution ne s’adapte pas à la taille d’un téléphone cellulaire.

En essayant de visiter le site régulier depuis votre téléphone, on vous redirigera automatiquement vers la version mobile (m.sto.ca) dont le contenu est allégé, la mise en forme simplifiée et le menu très épuré.

ÉGALEMENT SUR NOTRE SITE :  Nouveau portail de données ouvertes au Canada

Cette version mobile ne permet pas notamment de réapprovisionner son titre de transport, ni de visionner des vidéos ou même de participer aux concours. C’est une version bien distincte du site régulier, mais c’est amplement suffisant pour les mobinautes qui attendent le bus sur le coin de la rue et veulent connaître rapidement leur horaire.

Notre site www.radiorfa.com dispose quant à lui d’un gabarit adaptatif. Les éléments sont disposés différemment sur l’écran, selon qu’on soit sur PC, tablette ou smartphone, mais ce sont exactement les mêmes. Vous ne trouverez pas non plus de lien pour vous diriger vers une version mobile comme avec la STO, puisque le contenu est en tout point comparable au site pour ordinateur.

Que vous tapiez notre adresse sur un téléphone ou un PC, l’adresse affichée restera la même et n’exigera aucune redirection. Seule la disposition du site changera.

Ce sont là deux façons de satisfaire vos visiteurs en situation de mobilité. À vous de voir laquelle est la meilleure pour vous.

 

Que faire maintenant pour disposer d’un site adapté aux petits écrans ?

Vérifiez d’abord si votre site dispose déjà d’une version mobile ou d’un gabarit adaptatif : https://www.google.com/webmasters/tools/mobile-friendly/?hl=fr.  Cet outil est gratuit.

Ça se peut que le concepteur de votre site ait d’ores et déjà pensé à installer un gabarit adaptatif, et ce, dès sa création. Dans ce cas, tant mieux.

Si l’on vous indique que votre site n’est pas optimisé, voyez avec votre concepteur de site Web ou avec votre webmestre comment vous pourriez rendre le vôtre accessible aux appareils mobiles.

Une abonnée de notre page Google+, Mme Josée Beauchesne, nous a fait remarquer que la Banque de développement du Canada met à la disposition des entreprises un outil à la fois gratuit et facile à utiliser pour évaluer votre site Web et en améliorer l’efficacité. Je l’en remercie; c’est une très bonne idée.

Vous obtiendrez des commentaires professionnels à propos de votre site Web dans un rapport personnalisé en format PDF qui constituera un excellent point de départ pour l’optimisation de votre site. J’ai été franchement étonné de la qualité du rapport et de tous les détails qui nous ont été fournis. Sincèrement.

Votre site est-il mobile ? Sinon, pourquoi ne l’est-il pas encore ? Manque de ressources ? N’hésitez pas à commenter.

 

(Image à la une : Pixabay.com / Licence CC0)

The following two tabs change content below.

Simon Forgues

Agent (communications et développement) chez l'ARC du Canada
Diplômé en animation radio/télé au début des années 1990, il a œuvré pendant près d'une vingtaine d'années dans diverses stations de radio et a cumulé également des tâches en coordination musicale et à la programmation.
%d blogueurs aiment cette page :