Nos publications
Juin 06
10 personnages précurseurs de la radio, dont plusieurs méconnus

10 personnages sans lesquels la radio telle qu’on la connaît n’existerait pas

Voici 10 personnages qui, grâce à leur ingéniosité et leurs inventions révolutionnaires, ont tous pavé la voie à la radio telle qu’on la connaît.

Certes, ils ne sont pas les seuls à avoir contribué aux premiers balbutiements de la radio. Mais son destin restera éternellement lié aux travaux de ces quelques précurseurs.

Les débuts au 19e siècle

On pourrait – techniquement parlant – faire remonter les prémices de la communication à distance bien avant l’invention de la radio ou même du télégraphe électrique.

Mais, oublions un instant les signaux lumineux, sonores ou encore de fumée. Ils furent certes de très vieux ancêtres de la communication à distance, mais ils demeurent des cousins très, très éloignés de la radiodiffusion.

Il faudra attendre jusqu’à la seconde moitié du XIXe siècle environ avant d’assister aux premières démonstrations de la transmission sans fil qui pave véritablement la voie à la radio.

Suivons la ligne du temps…

1) Samuel Morse – 20 juin 1840

Trichons un peu. Commençons avec celui qui a révolutionné la communication à distance, quoiqu’elle n’était pas encore sans fil.

Le 20 juin 1840, le scientifique américain Samuel Finley Breese Morse (1791-1872) obtient un brevet pour son invention : le télégraphe électrique.

D’autres avant lui avaient travaillé à la télégraphie électrique. Or, leurs techniques étaient plutôt rudimentaires et relativement peu évoluées. Elles ne permettaient d’ailleurs que d’établir des communications plutôt sommaires.

Le brevet numéro US1647A attribué à Morse porte sur l’amélioration du mode de communication des informations par signaux grâce à l’application de l’électromagnétisme (« Improvement in the mode of communicating information by signals by the application of electro-magnetism »).

Du même souffle, il est à l’origine du code Morse, un alphabet universel de transmission par impulsions courtes et longues.

Certes, il ne s’agit pas encore de transmission sans fil. Mais, l’invention de Morse vient révolutionner de manière indéniable toutes les découvertes jusque-là dans le domaine de la transmission à distance.

Portrait de Samuel F. B. Morse , en 1866 Photo du domaine public, via Wikimedia Commons


2) James Clerk Maxwell – 8 décembre 1864

Le 8 décembre 1864. À Londres, ce jour-là, les membres de la Royal Society passent en revue pour la première fois un texte du physicien et mathématicien écossais James Clerk Maxwell (1831-1879).

L’ouvrage en question, « A Dynamical Theory of the Electromagnetic Field » sera publié l’année suivante. Maxwell y expose sa théorie sur l’existence d’ondes électromagnétiques qui voyagent à la vitesse de la lumière.

Il vient littéralement de tracer la voie à la transmission des ondes radio. Il est d’ailleurs considéré comme l’un des fondateurs du domaine moderne de l’électrotechnique.

James Clerk Maxwell

Portrait de James Clerk Maxwell Photo du domaine public, via Wikimedia Commons

3) Heinrich Rudolf Hertz – 15 mars 1888

S’appuyant en outre sur les théories de Maxwell (dont on parlait ci-dessus), ainsi que Weber et Helmholtz, l’ingénieur et physicien allemand Heinrich Rudolf Hertz (1857-1894) prouve de manière indéniable que l’électricité peut effectivement être générée par des ondes électromagnétiques qui se déplacent à la vitesse de la lumière.

Hertz vient ainsi de découvrir l’existence d’ondes qui porteront son nom et serviront plus tard à la transmission de la radio : les ondes hertziennes.

Heinrich Hertz, timbre poste

Timbre poste de la Deutsche Bundespost via Wikimedia Commons

4) Nikola Tesla – 1er mars 1893

L’inventeur et ingénieur américain d’origine serbe Nikola Tesla (1856-1943) réalise en mars 1893 la toute première démonstration publique du principe de la transmission sans fil.

Certes, il en a déjà fait la présentation deux ans auparavant, en 1891. Or, c’était derrière des portes closes et la chose n’avait pas encore été réellement ébruitée.

En 1893 à St. Louis, voilà que le monde découvre enfin les principes des premières véritables transmissions électromagnétiques sans fil.

Nikola Tesla dans les années 1890

Nikola Tesla dans les années 1890 Photo du domaine public, via Wikimedia Commons

5) Aleksandr Popov – 7 mai 1895

En mai 1895, à Saint-Pétersbourg en Russie, le physicien et ingénieur russe Aleksandr Stepanovich Popov (1859-1906) présente devant la Société russe de physique et de chimie, un dispositif plutôt sommaire qui conduira plus tard à l’élaboration du premier véritable récepteur radio.

L’Union internationale des télécommunications (UIT) lui a d’ailleurs rendu hommage en 2009 à l’occasion de son 150e anniversaire de naissance.

Circuit électrique du récepteur radio de Popov

Diagramme du récepteur élaboré par Popov Photo du domaine public sur Wikimedia Commons

On attribue aussi à Popov l’invention de l’antenne long-fil (ou simple fil), qui se distingue des antennes courtes utilisées jusque-là et qui améliore considérablement la sensibilité du récepteur, par le biais d’un câble tendu depuis les airs jusqu’à la terre.

6) Guglielmo Marconi – 18 mai 1897

L’Italien Guglielmo Marconi a tellement perfectionné ses appareils de transmission télégraphique sans fil, qu’il réalise au mois de mai 1897 ce qui s’avère la plus longue transmission sans fil jusque-là.

Une liaison entre deux points distants de 14,4 km, au-dessus du canal de Bristol, au Royaume-Uni.

Ne s’arrêtant pas là, il accomplira une liaison au-delà de La Manche sur une distance de plus de 40 kilomètres en 1899.

Puis, en décembre 1901, il sera le premier à réussir une liaison transatlantique sans fil (image ci-dessous), reliant l’Angleterre et Terre-Neuve, au Canada.

Distance de la transmission transatlantique de Marconi

Première transmission transatlantique en 1901

7) Eugène Ducretet – 5 novembre 1898

À l’époque, de nombreux intellectuels parisiens considèrent la tour Eiffel comme une horreur qui défigure Paris. Érigée à l’occasion de l’exposition universelle de 1889, sa destruction est d’ailleurs prévue pour 1909.

Or, un général français (Gustave Ferrié) voit plutôt dans cette structure d’acier un potentiel immense pour les communications sur de longes distances. Il y fait donc ériger une antenne grâce au financement de Gustave Eiffel lui-même, le concepteur de la tour qui porte son nom.

Le 5 novembre 1898, le scientifique Eugène Ducretet y réalise la première liaison française par ondes radio, émettant des sons de la tour Eiffel jusqu’au Panthéon situé à une distance approximative de 4 km.

Six ans plus tard, en 1904, la tour Eiffel est sauvée. Elle restera donc en place au lieu d’être démolie et deviendra une station de transmission radiotélégraphique militaire pour les Français.

Eugène Ducretet

Eugène Ducretet Photo du domaine publique, via Wikimedia Commons

8) Reginald Fessenden –

Le 23 décembre 1900, le Canadien Reginald Fessenden (1866-1932) réalise l’essai de la modulation d’ondes à haute fréquence à l’aide d’un microphone.

Il envoie ce message à un collaborateur : “One, two, three, four. Is it snowing where you are, Mr. Thiessen? If it is, telegraph back and let me know.”

[Traduction : « Un, deux, trois, quatre ! Neige-t-il où vous êtes M. Thiessen ? S’il en est ainsi, recontactez-moi par télégraphe »].

De fait, l’acolyte de Fessenden confirme sans tarder qu’il a bien reçu le message sur son récepteur radio et lui dit qu’il neige, en effet.

Fessenden vient de réaliser la toute première transmission de la voix humaine de l’histoire par le biais des ondes radio. Littéralement, la radio AM.

Six ans plus tard, la veille de Noël, il réalise ce qu’on considère comme la première émission radiophonique voix et musique.

On peut alors entendre une émission où Fessenden joue “O Holy Night” au violon et lit un passage de la Bible à l’occasion des cérémonies de Noël.

Reginald Fessenden en mars 1865

Reginald Fessenden en mars 1865 Via Wikimedia Commons / photo du domaine public

9) Greenleaf Whittier Pickard – 20 novembre 1906

Greenleaf Whittier Pickard (1877-1956) devient l’un des précurseurs de la radio lorsqu’il obtient, le 20 novembre 1906, un brevet pour l’invention d’un détecteur en cristal de silicium, plus simple que les précédentes découvertes en la matière réalisées jusque-là.

Peu de temps après, son invention permettra la fabrication des premiers postes à galène, des récepteurs à cristal d’une extrême simplicité mais capables de capter les ondes radioélectriques à modulation d’amplitude.

Greenleaf Whittier Pickard dans son laboratoire

Greenleaf Whittier Pickard dans son laboratoire Photo du domaine public / Wikimedia Commons

10) Lee de Forest – 15 janvier 1907

En janvier 1907, Lee de Forest (1873-1961) obtient un brevet (US841386A) pour l’invention l’année précédente de la première triode qu’il nomme l’audion.

Son tube à vide provoque l’amplification d’un signal électrique. Il ne s’en doute probablement pas encore, mais l’invention de cette lampe amplificatrice à cathode chaude (triode) sera le signal de départ de toute l’industrie de l’électronique, et, plus particulièrement encore, des émetteurs et récepteurs modernes.

Plus de 300 brevets ont été déposé à son nom. D’aucuns le considèrent comme l’un de ceux ayant le plus contribué à la naissance de l’électronique, tant ses inventions ont révolutionné l’histoire. Malheureusement, il passera l’essentiel de son existence à se battre devant les tribunaux afin de défendre la paternité de ses inventions.

Lee de Forest

Lee de Forest Via Tekniska museet / licence CC 2.0

À propos de l'auteur

Professionnel du domaine des médias électroniques avec plus de 30 ans d'expérience, Simon Forgues est à l'emploi de l'Alliance des radios communautaires du Canada depuis 2007. Diplômé en animation radio et télévision au Collège Radio Télévision de Québec, il possède aussi une attestation d'études en création de podcast du Collège Bart. Impliqué dans de nombreux projets liés à la radiodiffusion, et ce, de l'idéation de contenu jusqu'à la production, il a œuvré dans différentes radios du Québec et de l'Ontario, où il a cumulé également des tâches liées à la coordination musicale et à la programmation.