5 astuces pour s’adresser à un cerveau déjà saturé par la publicité

Le cerveau du consommateur est de plus en plus saturé. Pour arriver à lui faire assimiler un message, il faut redoubler d’inventivité, ou peut-être user de ces 5 astuces.

Le cerveau a ses limites

Un collègue et moi discutions récemment de publicité.

Fort de ses nombreuses années d’expérience en représentation publicitaire, il m’expliquait à quel point le cerveau est de plus en plus saturé. Par une quantité phénoménale d’informations de toutes sortes qu’il reçoit.

Particulièrement par les publicités omniprésentes dans notre quotidien.

Un visage sans expression avec un cerveau au-dessus du crâne
Photo : David Matos / Unsplash

Comme l’indique HabiloMédias, le cerveau des Nord-Américains serait bombardé en moyenne par 3 000 annonces… à tous les jours.

Or, il a beau posséder environ 85 milliards de neurones, notre cerveau est occupé à accomplir d’autres tâches, mais ses neurones sont de plus en plus surexploités.

Comment réussir à attirer l’attention de l’auditoire, malgré qu’il soit bombardé de publicités ? Voici 5 conseils utiles :

1) Diffusez le message au bon moment

On est plus réceptif lorsqu’un message nous est adressé au bon moment.

Une pub pour le menu midi d’un resto à 11h30, quand on a l’estomac dans les talons, aura assurément plus d’impact qu’en après-midi ou en soirée.

Une évidence selon le moment de la journée, mais aussi selon les saisons. Réfléchissez au produit ou au service, puis tentez de trouver à quel moment ou dans quel contexte le consommateur est-il le plus susceptible de passer à l’action.

via GIPHY


2) Parlez avec des images

Le cerveau aime les images. À preuve, les photos sont très populaires dans les médias sociaux.

Mettez en scène votre publicité, plutôt que de simplement la narrer avec une musique.

Faites-le notamment dans le choix des mots et des phrases. Bien imager, de façon compréhensible et relativement courte, c’est plus vendeur.

Ex. :
• Une marque de confiture : La confiture où toutes les fraises rêvent de finir;
• Un resto de pâtes et pizzas : Le plus italien des restos à l’ouest de l’Italie;
• Un service d’entretien de pelouse : Le gazon qui rend jaloux les clubs de golf.


3) Ne multipliez ni les voix, ni les personnages

Un dialogue peut passer. Mais ne multipliez pas les personnages. Dès qu’il y a trop de voix distinctes, le cerveau perd rapidement l’attention et n’arrive plus à assimiler le message.

Par contre, ce n’est pas une mauvaise idée qu’un narrateur externe au dialogue vienne donner les infos essentielles.

Ça rend la scène plus crédible. Dans la vraie vie, personne ne récite de mémoire le numéro de téléphone du nettoyeur ou de la papeterie à son conjoint. Confiez cette tâche au narrateur.

Plusieurs personnes dans une seule
Photo : geralt / Pixabay

4) Utilisez une signature musicale mémorable

Le meilleur exemple ? La ritournelle de McDonalds. Chaque fois que votre cerveau l’entend, vous savez immédiatement que c’est McDo.

C’est hallucinant. Même quand le pianiste joue une mélodie qui semble différente, le cerveau reconnaît très distinctement la ritournelle de McDonald’s.


5) Employez un slogan accrocheur

Un peu comme une ritournelle musicale, un slogan accrocheur deviendra un stimulus pour le cerveau.

Il comprendra, sans même entendre le nom de l’entreprise, qu’il s’agit d’une publicité de cette entreprise. Juste en réentendant le slogan.

Ça deviendra rapidement la signature qu’on reliera systématiquement à l’entreprise.

KFC a même profité de la pandémie de COVID-19 pour retoucher momentanément le sien et tourne la situation à son avantage. C’est dire comme son slogan est légendaire.

L’idée derrière ces suggestions, pourtant anodines ?

Aider le cerveau à assimiler le message. Même s’il est bombardé d’autres infos. Essayez-les.

Simon Forgues

Diplômé en animation radio/télé au début des années 1990, il a œuvré pendant près d'une vingtaine d'années dans diverses stations de radio et a cumulé également des tâches en coordination musicale et à la programmation. Il est aujourd'hui directeur des communications à l'ARC du Canada où il s'occupe notamment de la présence web.

Une réflexion sur “5 astuces pour s’adresser à un cerveau déjà saturé par la publicité

Commentaires fermés.

%d blogueurs aiment cette page :