Si Facebook fait du ménage, ce n’est pas pour vos beaux yeux

La réalité a rattrapé bon nombre de gestionnaires de page Facebook dernièrement. Bang! Comme un coup de pelle ronde en pleine face.

De petits entrepreneurs viennent de s’apercevoir qu’ils ne sont ni maîtres de la plateforme, ni réellement maître de leurs publications.

Maintenant, ça va être comme au marché aux puces. Seuls ceux qui louent des tables à prix d’or pourront vendre leur camelote.

Les autres? Vous resterez en-dehors de la bâtisse et vous regarderez le monde entrer en agitant les bras pour qu’on vous remarque.

Moins de nouvelles, plus de petites annonces

Le réseau social mettra désormais moins de publications d’entreprises et de médias dans le fil d’actualités des utilisateurs. À l’inverse, ils verront davantage de messages provenant de leurs contacts. Cette nouvelle devrait réjouir passablement d’usagers, sauf que…

Comme l’explique Mashable, la manœuvre n’est pas complètement désintéressée de la part de Zuckerberg et sa bande.

Le but? Contraindre les gens à partager davantage de données personnelles dont l’entreprise se sert pour vendre de la publicité ciblée.

Avec les diverses mesures de sécurité mises en place au fil des dernières années, les utilisateurs partagent de moins en moins d’informations personnelles et davantage de contenus provenant de sources externes.

Alors, comment faire pour qu’ils recommencent à partager des données personnelles à vendre aux annonceurs?

Facile. En les y contraignant.

Chaque fois qu’un ami publie une recette et qu’ils commentent sur leurs propres goûts culinaire préférés, c’est du bonbon pour Facebook.

Chaque fois qu’ils discutent de leurs émissions de télé favorites ou échangent des photos de leurs petits animaux, c’est aussi du bonbon.

Autrement dit, Facebook va vider le fil d’actualités des usagers afin qu’ils le remplissent eux-mêmes de données à monnayer.

Moins ne veut pas nécessairement dire moins

Ironiquement, les utilisateurs continueront de voir surgir des contenus qui n’émanent pas de leurs amis. Hé, oui! Désolé, c’est comme ça.

Mais au lieu des publications des pages auxquelles ils s’intéressent réellement comme c’était le cas jusque-là, ils verront davantage de publications sponsorisées.

À part les publications que leurs amis auront eux-mêmes partagées, seules les entreprises qui auront payé pourront apparaître à travers les photos de mariage et de famille des copains et copines.

Bref, c’est comme si votre chaîne de télé préférée arrêtait de passer des pauses publicitaires durant les émissions mais, qu’à la place, elle cessait sa programmation régulière et diffusait uniquement des info-pubs et des émissions payantes.

Passeriez-vous 8 heures par jour devant votre petit écran à regarder The Shopping Channel en boucle? Prenez 2 secondes avant de répondre.

Crache le cash!

Ça fait longtemps que je le dis et que je le répète à nos radios membres : ne faites pas de Facebook votre principal canal de communication.

Travaillez sur votre site Web, le blogue, votre référencement dans les moteurs de recherche, ainsi que les autres réseaux comme Twitter, Instagram, Pinterest, Google+, etc.

Dans ce billet de blogue paru en 2016, je suppliais les propriétaires de pages Facebook d’arrêter de donner leur trafic au réseau social et d’attirer plutôt les internautes à visiter leur propre site Web.

J’espère que quelques-uns m’ont entendu.

Désormais, si vous souhaitez que les publications de votre entreprise soient vues par les utilisateurs Facebook, vous n’aurez d’autre choix que d’allonger les liasses de billets de banque.

Crache le cash!

Vous aviez cette curieuse impression que Facebook était devenu un marché aux puces où il fallait louer une table pour vendre ses articles?

Bienvenue dans le Facebook 2.0.

 

(Source : « Sur notre fil Facebook, nous verrons désormais moins de “médias” et le réseau social gagnera plus d’argent », Mashable, janvier 2018)

Simon Forgues

Diplômé en animation radio/télé au début des années 1990, il a œuvré pendant près d'une vingtaine d'années dans diverses stations de radio et a cumulé également des tâches en coordination musicale et à la programmation.

Envie de commenter? Allez-y!

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :