La publicité dans les rêves : des chercheurs tirent la sonnette d’alarme

Des chercheurs universitaires à travers le monde, dont certains du Canada, attirent l’attention sur un phénomène intrigant : la publicité dans les rêves. Aussi invraisemblable que ça puisse paraître, nous en sommes bel et bien rendus là. Influencer les rêves et éventuellement la consommation des gens, par le biais de la publicité.

En marge du Super Bowl LV par exemple, une curieuse expérience a été organisée afin de promouvoir certains produits de la brasserie Molson Coors.

Les fans de football étaient invités à visionner une vidéo et écouter une bande sonore, qui devaient influencer leurs rêves et leur permettre à terme de recevoir des breuvages gratuits.

D’autres entreprises avaient déjà eu recours elles aussi à de tels procédés afin de s’immiscer dans le cerveau des consommateurs durant et/ou après leur sommeil. On peut parler en outre de la Xbox, ainsi que des restaurants Burger King.

Or, l’idée d’influencer le subconscient et l’inconscient par la publicité ne date pas d’hier.

Dans les années ’50 en effet, un dénommé James Vicary affirmait avoir diffusé des messages subliminaux pendant des projections cinématographiques, qui incitaient les spectateurs à manger du popcorn (« Eat Popcorn ») et boire du Coca-Cola (« Drink Coca-Cola »).

Celui-ci révéla plus tard que ses prétentions étaient fausses. Néanmoins, l’histoire piqua suffisamment la curiosité du public et des scientifiques, pour qu’on en parle encore de nos jours.

Votre haut-parleur intelligent ou votre cellulaire pourraient-il vous hypnotiser ?

Le célèbre Massachusetts Institute of Technology (M.I.T.) consacre une section de son site web à la technique d’incubation ciblée des rêves (Targeted Dream Incubation).

Et cet article (« Are advertisers coming for your dreams? ») paru en juin 2021 sur le site de l’Association américaine pour l’avancement de la science traite justement de la publicité dans les rêves.  

Ce dont les chercheurs s’inquiètent maintenant, c’est que votre smartphone ou votre haut-parleur intelligent puissent un jour servir à vous implanter dans le cerveau des publicités, pendant que vous dormez. Afin bien sûr de vous conditionner à votre insu à consommer tel produit ou service.

Ces spécialistes de la psychologie, des sciences cognitives et de diverses autres disciplines scientifiques croient en effet qu’il est urgent de légiférer afin d’éviter de telles dérives.

L’un des co-auteurs d’une lettre d’opinion sur la question, le spécialiste des sciences cognitives et doctorant au M.I.T. Adam Haar, rappelle que les gens peuvent être particulièrement vulnérables aux suggestions lorsqu’ils sont endormis.

Les chercheurs ne doutent pas des bénéfices que de tels outils subliminaux pourraient avoir sur des sujets anxieux afin de guérir des phobies par exemple. Influencer les rêves des dormeurs est une pratique millénaire et répandue partout sur le globe, rappellent-ils.

Cependant, ces scientifiques ne sont toutefois pas à l’aise à l’idée que des entreprises puissent entraîner les dormeurs à consommer tel produit ou tel service en influençant leurs rêves.

C’est la raison pour laquelle ils invitent les gouvernements à légiférer et réglementer l’utilisation de tels procédés, si l’on ne veut pas assister à des dérapages.

Cela étant dit, peut-être vaudrait-il mieux éteindre votre haut-parleur intelligent et votre téléphone cellulaire lorsque vous êtes au lit.

Pas seulement pour éviter qu’on vous hypnotise à votre insu, comme le craignent ces chercheurs, mais ne serait-ce que pour éviter d’être épié alors que vous ne le voudriez pas.

En attendant que l’État légifère sur la question, il en va peut-être mieux ainsi pour votre cerveau, votre portefeuille… et votre vie intime.  

Sources :
« Les chercheurs craignent un scénario dans lequel les haut-parleurs intelligents diffusent des messages subliminaux pendant le sommeil pour contrôler vos rêves », developpez.com, 22 juin 2021
« Advertising in Dreams is Coming: Now What? », Dream Engineering, 7 juin 2021
 

Simon Forgues

Diplômé en animation radio/télé au début des années 1990, il a œuvré pendant près d'une vingtaine d'années dans diverses stations de radio et a cumulé également des tâches en coordination musicale et à la programmation. Il est aujourd'hui directeur des communications à l'ARC du Canada où il s'occupe notamment de la présence web.

Vos commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :