Veiller à sa réputation numérique, c’est essentiel

Quand on travaille dans les médias, il est important d’établir et de bien préserver sa réputation en ligne. Ce qu’on appelle quelquefois aussi la e-réputation, c’est-à-dire votre réputation numérique.

Je m’adresse d’abord aux gens qui travaillent dans les médias, mais ça pourrait tout aussi bien s’adresser au commun des mortels.

Surtout depuis qu’on sait que les touristes qui formulent une demande de visa aux États-Unis doivent désormais fournir l’adresse de leur profil Facebook.

Voici 6 outils qui vous permettront de vérifier votre e-réputation.

 

La recherche Google

Commençons par le commencement. Une recherche Google à partir de notre identité, puisque c’est la base.

Nous avons tous déjà cherché notre nom dans le moteur de recherche. Pas vrai?

N’oubliez pas d’inscrire des guillemets avant et après votre identité pour obtenir des résultats correspondant à votre identité réelle.

Les guillemets permettent d’affiner la recherche autour d’une expression exacte, donc votre prénom suivi de votre nom.

Inscrivez des guillemets à votre recherche Google

Google vous explique ici quels autres mots ou symboles utiliser pour affiner vos recherches, comme l’arobas (@) par exemple qui permet de trouver des messages Twitter lié à un compte en particulier.

Un conseil : Ne vous contentez pas de fouiller uniquement ce que les sites Web savent à votre sujet. Jetez aussi un œil dans les actualités ainsi que les photos.


Les alertes Google

Les alertes Google permettent d’être alerté lorsque du contenu susceptible de vous intéresser est publié sur le Web, si un site publie un article qui vous concerne par exemple.

Choisissez vos paramètres d'alertes Google

Vous pouvez ensuite déterminer à quelle fréquence vous souhaitez être alerté, les sources, la langue, les régions, ainsi que la quantité de résultats.

Un conseil : N’hésitez pas à créer des variantes. Exemple : avec votre surnom, votre nom abrégé, etc.


La recherche Bing

On a quelquefois tendance à oublier Bing, le moteur de recherche de Microsoft. S’il ne jouit pas d’une aussi grande popularité que son rival Google, il reste néanmoins très utilisé.

Selon de récentes statistiques, autour du quart (25,47 % en 2017) des recherches mondiales en ligne passeraient par Bing!

Comme Bing et Google n’utilisent pas les mêmes algorithmes ni ne fouillent le Web de la même façon, sans doute y trouverez-vous des résultats distincts de Google.


L’outil Nothing to Hide

Si vous utilisez Facebook, LinkedIn, Twitter et/ou Instagram, vous auriez tout intérêt à essayer Nothing to Hide. On vous demandera d’autoriser l’accès à vos comptes. Ce qu’à peu près n’importe quel service ayant accès aux API de ces sites Web pourraient requérir comme accès de toute façon.

Ensuite, l’outil vous posera une série de questions. Des photos rendues publiques? Un compte Twitter pas particulièrement actif? Le site dressera un score basé sur vos résultats et déterminera votre e-réputation.


Social Searcher

Fouillez plusieurs sites Web et médias sociaux en même temps, voilà ce que fait Social Searcher. Le plan gratuit permet de faire jusqu’à 100 recherches quotidiennes et recevoir 2 alertes par courriel, tandis que des abonnements à partir de 3,49 euros (un peu plus de 5 $ par mois) permettent de fouiller plus en profondeur et d’obtenir davantage de résultats.


WebMii pour obtenir… son score de visibilité

Le site WebMii ne se contente pas de trouver vos différentes références sur le Web, il va même jusqu’à vous fournir un score de visibilité. Plus le score est élevé, plus cela va de soi que votre présence en ligne sera grande, et, évidemment, plus vous risquez de voir certaines informations être étalées sans que vous en soyez conscient.

Simon Forgues

Diplômé en animation radio/télé au début des années 1990, il a œuvré pendant près d'une vingtaine d'années dans diverses stations de radio et a cumulé également des tâches en coordination musicale et à la programmation.

Envie de commenter? Allez-y!

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :