Nos publications
Août 31
Une personne parle dans un mégaphone

Pourquoi votre radio doit-elle avoir une politique sur les messages d’intérêt public

Votre radio dispose-t-elle d’une politique sur les messages d’intérêt public ? Si elle n’en a pas, il vous manque sans doute quelque chose d’important.


Que sont les messages d’intérêt public ?

En anglais, on parle couramment des PSA, comme dans Public Service Announcement, ou encore Public Service Advertising.

Bien que l’expression anglaise PSA soit amplement connue dans le jargon des radios même francophones, on privilégiera toutefois l’emploi de l’expression MIP, soit des messages d’intérêt public.

Plusieurs organismes à but non lucratif ont recours à de tels messages d’intérêt public, du temps d’antenne souvent consenti gracieusement, qui permet de promouvoir leurs services et leurs activités.

Qui s’en sert ? On pense en outre à des fondations ou des organisations caritatives, plus rarement des organisations du secteur privé mais quelquefois du domaine public. Il arrive que des organisations parapubliques ou même publiques y aient recours : service des incendies, corps policiers, etc.

Ces organisations promeuvent tantôt l’engagement citoyen, tantôt la bonne forme physique.

Mais, dans tous les cas, il en va à chaque fois de l’intérêt du grand public en général.

Tout est d’ailleurs dans leur appellation : messages d’intérêt public.

La portée va donc bien au-delà des seuls intérêts de l’organisation et, comme le nom l’indique, on vise l’intérêt du public.

 

Pourquoi une politique sur les messages d’intérêt public ?

Votre radio est un média. Un média communautaire de surcroît.

Or, quoiqu’il s’agisse d’une organisation à but non lucratif, elle doit générer des revenus afin d’assurer ses opérations.

Le problème, si je puis dire, c’est que certains s’imaginent qu’une radio communautaire doit à tout prix diffuser de tels messages, et ce, sans facturer l’organisation qui bénéficie du temps d’antenne.

Ainsi, vous serez régulièrement sollicité pour offrir gracieusement du temps d’antenne à des organisations semblables afin de promouvoir leurs activités.

Mais rien ne vous y contraint. Absolument pas. Surtout pas à n’importe quel moment et pour n’importe quelle organisation.

C’est d’ailleurs là qu’une politique, ou du moins des règles claires sur la diffusion de tels messages pourrait vous être utile.

 

Que mettre là-dedans ?

La grande question. Vous pourriez, à titre d’exemple, décidez que les messages d’intérêt public ne seront utilisés que s’ils permettent de combler certains blocs publicitaires invendus.

D’ailleurs, on entendra plus régulièrement de telles annonces le soir, la nuit ou encore le weekend.

C’est beaucoup plus rare qu’on les entende aux heures de grande écoute, comme le matin au réveil, ou encore l’après-midi pendant le retour à la maison.

Si vous souhaitez être le plus équitable possible et ne voulez pas vous priver non plus de revenus, il est essentiel que vous disposiez d’une politique à la fois claire et précise sur les messages d’intérêt public.

Donc, que devrait contenir votre politique sur les messages d’intérêt public ?

  1. Quels types d’organisations sont admissibles à la diffusion ? (Ex. : Qu’il s’agisse d’un organisme de bienfaisance enregistré aux yeux de l’Agence du revenu du Canada et qu’il puisse établir des reçus aux fins de l’impôt.)
  2. Quel contenu peut être annoncé ou pas ? (Ex. : Les messages de sensibilisation pourrait l’être pour le don d’organes, la préparation aux catastrophes, etc., mais pas pour une levée de fonds.
  3. Des indications claires quant au temps d’antenne offert. (Ex. : Les messages ne sont diffusés que s’il n’y a aucune annonce publicitaire et uniquement tels jours et telles heures).
  4. La forme des messages. (Ex. : la durée maximale admise, la langue, la production est-elle incluse offerte ou pas, etc.)

 

En terminant, il n’existe pas à proprement parler UNE politique universelle en ce qui concerne les messages d’intérêt public.

La vôtre dépendra des critères de votre organisation, les valeurs auxquelles elle adhère, etc.

À itre d’exemple toutefois, on vous recommande de prendre connaissance de la politique nationale sur les messages d’intérêt public qui est en place chez le diffuseur public.

Elle pourrait vous être très utile pour réfléchir à la vôtre.

Cela dit, n’oubliez pas que vous devrez composer avec des demandes provenant de votre communauté elle-même. Votre propre politique devra donc réfléter les réalités de cette dernière afin de dissiper toute ambigüité.

Il vous sera ainsi plus facile de refuser ou, au contraire, d’accepter un message d’intérêt public si les règles sont à la fois claires et nettes.

À propos de l'auteur

Professionnel du domaine des médias électroniques avec plus de 30 ans d'expérience, Simon Forgues est à l'emploi de l'Alliance des radios communautaires du Canada depuis 2007. Diplômé en animation radio et télévision au Collège Radio Télévision de Québec, il possède aussi une attestation d'études en création de podcast du Collège Bart. Impliqué dans de nombreux projets liés à la radiodiffusion, et ce, de l'idéation de contenu jusqu'à la production, il a œuvré dans différentes radios du Québec et de l'Ontario, où il a cumulé également des tâches liées à la coordination musicale et à la programmation.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.