1, rue Nicholas, bureau 1206, Ottawa (On) K1N 7B7

(613) 562-0000 rfa@radiorfa.com

Financement : se diversifier et s’entourer

Pièces de monnaie canadiennes
(Photo : morgueFile)

Nous avons déjà tous lu ou entendu parler d’organismes communautaires qui, une fois privés de leur principale source de financement, étaient condamnés à une « mort » presque certaine. 

C’est malheureusement le cas de trop d’organisations. La diversification des sources de financement est primordiale; mieux vaut ne pas mettre tous vos œufs dans le même panier. On a beau compter sur un principal bailleur de fonds ou une activité qui rapporte plus que d’autres, mais il faut se diversifier un peu.

La même logique s’applique à ces villages mono-industriels dont l’activité n’a été pensée qu’autour d’un seul secteur d’activité et dont la survie est sérieusement compromise lorsque l’économie s’effondre. C’est aussi ce que vous dit votre banquier quand vous souhaitez placer votre argent : pas tout au même endroit.

 

Comment faire ?

Il faut d’abord s’assurer de multiplier les associations avec des partenaires du milieu et tisser des liens durables afin d’ouvrir vos horizons.

À une époque où les sociétés des loteries nationales ou provinciales entrent directement chez les consommateurs à travers des portails de jeux sur le Web, il serait kamikaze par exemple d’asseoir son budget d’opération sur la seule et unique vente de cartes de bingo ou de loteries.

Déjà, les pays de la Scandinavie, la France, la Belgique, l’Espagne ainsi que l’Australie ont emprunté cette voie. Au Canada, le Québec, la Colombie-Britannique et les quatre provinces de l’Atlantique ont également autorisé leurs sociétés d’État à offrir des jeux de hasard et d’argent en ligne.

ÉGALEMENT SUR NOTRE SITE :  Les idées de "crowdfunding" se diversifient

Comment diversifier vos sources de revenus sans nécessairement multiplier vos efforts et vous essouffler ? Nous l’avons mentionné plus haut.

En vous assurant de multiplier vos associations au sein de la communauté et les environs.

 

Ne pas s’essouffler en agissant intelligemment

Vous n’êtes pas des pieuvres à huit tentacules ou des araignées à huit pattes.

En partageant l’organisation d’activités communautaires avec des partenaires de la région, non seulement vous déchargerez-vous du poids de plusieurs tâches mais aussi de porter sur vos épaules tous les risques d’un échec.

Comme nous l’avions déjà mentionné à un moment donné dans notre magazine Au Microphone, c’est précisément ce que Claude Chabot de la station CKGN à Kapuskasing (Ontario) a fait en s’associant avec d’autres partenaires dans la réalisation de diverses activités dont la radio partage les revenus, c’est vrai, mais dont elle partage aussi les risques.

On organise une soirée dansante pour la Saint-Jean-Baptiste ? Parfait ! Occupez-vous de la musique et de la vente des bracelets d’entrée, un autre organisme s’occupera de griller et vendre les hamburgers, etc.

Vous partagerez ensuite les revenus d’après une formule que vous aurez déterminée au préalable entre vous.

Au bout du compte, vous serez moins à la merci des aléas d’une seule et unique grosse source de financement et vous aurez moins l’air d’être les seuls « quêteux » du village.

%d blogueurs aiment cette page :