1, rue Nicholas, bureau 1206, Ottawa (On) K1N 7B7

(613) 562-0000 rfa@radiorfa.com

Les essentiels : politique, économique, culture

S’il est trois aspects sur lesquels doit s’appuyer tout projet de radio communautaire, ce sont bien les aspects économique, politique et culturel. Je vous sers ce matin une sérieuse prise de conscience.

On ne le répétera jamais assez. Peu importe le projet de radio communautaire, du plus petit jusqu’au plus gros, s’il ne bénéficie pas de l’appui de la classe politique locale et régionale, de la communauté des gens d’affaires, mais aussi bien sûr du secteur des arts et de la culture, le projet sera presque invariablement voué à l’échec dès le départ.

On ne fait pas de radio que pour soi; il importe de bénéficier à tout prix de supporteurs au sein de ces trois sphères d’activités. Ce n’est pas souhaitable, c’est carrément ESSENTIEL.

Malheureusement, il arrive quelquefois que les promoteurs d’un projet de radio communautaire fassent abstraction de l’un ou l’autre de ces pôles essentiels, avec les conséquences fâcheuses qu’on imagine.

L’actualité encore récente pourrait nous fournir quelques exemples de radios communautaires qui ont malheureusement échoué dans leurs projets de démarrer ou même, dans certains cas, se relever et repartir, justement parce qu’elles ne comptaient que sur deux des trois principaux axes d’activités.

 

Combler des besoins prioritaires, oui mais…

Bien sûr, il se peut que votre projet ait été pensé, par exemple, dans le but de favoriser d’abord l’émergence des talents musicaux locaux. Un exemple parmi tant d’autres.

Mais il ne faut jamais perdre de vue non plus que sans l’apport des commerçants qui annonceront sur vos ondes, ou encore des politiciens élus par la population, vous serez voués à de cuisants revers.

Ce n’est pas qu’ils se vengeront. Mais si, même inconsciemment, ils se rendent compte qu’ils sont des laissés-pour-compte, qu’ils n’en retirent aucun avantage, vous pourrez dès lors mettre une croix sur leur appui. Ça vous prend l’appui de l’ensemble de la population, et ce, dès le départ du projet.

ÉGALEMENT SUR NOTRE SITE :  Internet des objets tuera-t-il la radio dans le tableau de bord?

Ce n’est pas une question de manger dans la main ni de l’un, ni de l’autre, comme pourront l’affirmer certains, mais simplement de prendre conscience qu’une radio communautaire est un outil de développement qui doit être le reflet de l’ensemble de la communauté, et qu’en ce sens, ces trois secteurs-là sont (tous ensemble) indissociables de la survie de nos communautés.

Sans élus, pas de vie démocratique, pas de gouvernance. On nage dans l’anarchie, quoiqu’en disent certains.

Sans gens d’affaires, pas de vie économique, pas d’emplois, ni salaires. Pas de commerce dans lesquels faire nos achats.

Sans art ni culture, pas d’identité, pas d’âme. Pas de lutte pour la préservation de notre langue, ni spectacles, ni cinéma dans la communauté.

 

Une bonne référence

Pour mieux comprendre le démarrage d’un projet de radio communautaire, nous vous suggérons de consulter notre bibliothèque virtuelle dans laquelle vous trouverez une section dédiée tout particulièrement à la thématique du démarrage d’une radio communautaire.

Nous vous recommandons tout particulièrement le document intitulé « Comment préparer une demande de permis pour une radio communautaire en dix leçons (presque) faciles » qui renferme plusieurs réponses à vos questions.

Vous comprendrez mieux pourquoi votre projet de radio communautaire ne décollera que difficilement voire pas du tout si vous ne comptez pas sur l’appui des trois secteurs présentés dans ce billet.

  • Pingback: Dossiers de la semaine (10 septembre 2012) - Alliance des radios communautaires du Canada | ARC du Canada » Alliance des radios communautaires du Canada | ARC du Canada()

%d blogueurs aiment cette page :