Comment projeter l’image d’une radio encore plus impliquée

Vous aimeriez que la radio soit encore plus impliquée dans la communauté ? Voici trois suggestions relativement faciles à mettre en place.

Oui, mais…

Difficile, croyez-vous, d’être davantage impliqué dans sa collectivité ? Je veux dire, vous en faites déjà beaucoup, et surtout les ressources humaines et financières sont limitées.

Pourtant, vous savez qu’une radio comme la vôtre doit être impliquée dans sa communauté et être près de ses concitoyens, si elle souhaite être écoutée.

Alors, voici trois exemples parmi d’autres pour être davantage impliqué dans la collectivité, sans aucune ressource humaine supplémentaire, ni même beaucoup d’argent.

Les coûts ? À peu près nuls ou du moins très minimes dans tous les cas.

Les efforts ? Très peu d’efforts seront requis.

Et enfin, la main d’œuvre ? Celle que vous voulez bien consacrer à ces trois initiatives.

1) Un point de collecte de produits recyclables

Aménagez un point de collecte pour des produits recyclables. Vérifiez auprès du gouvernement provincial quelles sont les dispositions pour la récupération des produits recyclables qu’on ne met pas habituellement dans le bac domestique. Ex. : piles usées, cartouches d’encre, etc.

Il pourrait s’agit de produits électroniques, le plus connu étant sans doute la récupération des téléphones cellulaires. Par contre, vous seriez étonné de la quantité d’autres produits qui peuvent être récupérés puis recyclés.

Ça ne requiert aucun effort autre que de consacrer un petit espace dans votre hall d’entrée. Souvent à peine 1 ou 2 pieds carrés de surface pour une boîte en carton.

Vous avez même le porte-voix pour l’annoncer à vos concitoyens.

Vous attirerez la population dans vos locaux, et, du même coup, vous ferez une bonne action. Les gens auront l’image d’une entreprise écoresponsable et soucieuse de la qualité de vie de ses concitoyens.


2) Un kiosque d’information touristique

Ce ne sont pas forcément toutes les petites municipalités qui ont un kiosque d’information touristique. Devenez un point d’information sur le tourisme local.

Fixez au mur de la réception un présentoir rempli de dépliants promotionnels des lieux récréatifs et touristiques de la ville et/ou la région.

Vous pourriez rapidement devenir LE pôle d’accès au tourisme régional. Sans trop d’effort.

Le minimum d’efforts que vous pourriez devoir fournir, c’est de répondre à quelques questions des visiteurs, tout en leur faisant comprendre que vous ne faites que fournir des informations et n’êtes pas un service touristique.

Et qui croyez-vous que les gens écouteront lorsqu’ils remonteront dans la voiture pour leur séjour dans la région ?

Les gîtes, les restaurants et les musées qui viendraient d’ailleurs eux-mêmes déposer leurs dépliants toruistiques pourraient même se transformer en annonceurs potentiels. Sait-on jamais.


3) Un mini musée

Si vous disposez d’un peu d’espace dans le hall d’entrée de la station, ce serait sans doute une bonne idée d’y afficher des photos relatant l’histoire de la ville et de la région.

Demandez aux résidents de la région s’ils ont des clichés historiques à vous prêter. Faites-les numériser de façon professionnelle, puis encadrez-les ou faites-les laminer.

En-dessous, on y inscrit le sujet de la photo, le nom du photographe, ainsi que l’année où la photo a été prise.

Ça pourrait même être un mini musée consacré à l’histoire de la radio elle-même, ou encore les médias de la région si vous y incluez aussi votre journal régional.


Au fond, ce n’est pas tant de générer des revenus supplémentaires dans ce cas-ci, mais plutôt d’attirer des auditeurs potentiels ou même d’éventuels clients chez vous.

En même temps, vous projetez l’image d’une organisation responsable et impliquée auprès de sa collectivité.

Quelles sont les initiatives que vous-mêmes connaissez ou avez mises en place pour y arriver ? Partagez-les avec nous.

Simon Forgues

Diplômé en animation radio/télé au début des années 1990, il a œuvré pendant près d'une vingtaine d'années dans diverses stations de radio et a cumulé également des tâches en coordination musicale et à la programmation. Il est aujourd'hui directeur des communications à l'ARC du Canada où il s'occupe notamment de la présence web.

Vos commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :