Consultations sur les langues officielles : le rapport final est dévoilé

Le ministère du Patrimoine canadien vient de dévoiler le rapport final des consultations pancanadiennes sur les langues officielles 2016. Celles-ci permettront au gouvernement d’élaborer le nouveau plan d’action pluriannuel en matière de langues officielles.

À la lecture du document, l’ARC du Canada constate que les médias des communautés de langue officielle en situation de minorité linguistique (CLOSM) occupent encore une place importante dans la vie des citoyens.

Consultations pancanadiennes sur les langues officielles 2016

Le numérique, oui, mais les médias traditionnels aussi

Les Canadiens ont été questionnés en outre quant aux actions auxquelles le gouvernement du Canada devrait accorder le plus d’attention en matière de langues officielles.

Chez les francophones, à peine 9 % (en bleu) penchent pour l’utilisation des médias sociaux et du numérique pour faire la promotion des langues officielles.

(Référence : page 18)

En revanche, 16 % estiment que l’accès à des médias dans leur langue officielle est parmi les mesures qui devraient être mises en place pour mieux soutenir la vitalité des communautés de langue officielle en situation minoritaire.

(Référence : page 21)

Ce pourcentage est en tout point semblable à ceux qui estiment que le gouvernement devrait appuyer l’accès à des emplois de qualité dans leurs communautés (16 %) et à peu près comparable (22 %) à ceux qui croient qu’il faut encourager l’immigration francophone au sein de leurs communautés.

C’est dire que pour ces gens, les médias occupent manifestement une place importante pour leur épanouissement.

La visibilité au nombre des défis à relever

Interrogés quant aux plus grands défis auxquels font face les communautés francophones en situation minoritaire, 47 % estiment qu’il y a trop peu ou même pas du tout de visibilité du français dans les lieux publics comme dans l’affichage ou encore les médias. Ce pourcentage atteint même les 55 % chez les jeunes répondants. (Référence : page 23)

Le rapport note que les médias communautaires demeurent essentiels à la vitalité des communautés. La baisse des achats de publicité par les institutions fédérales a fait très mal à plusieurs radios communautaires et journaux, est-il écrit.

Plusieurs médias ont été confrontés à des choix difficiles en raison de la chute de ces revenus publicitaires, précise-t-on. Certains réclament un financement de base pour les médias communautaires.

D’ailleurs, au nombre des recommandations qui ont été formulées lors des consultations, l’on parle de l’importance d’assurer un accès à des services de qualité égale dans les deux langues officielles dans tous les secteurs prioritaires dont les médias communautaires.

Il est aussi question de prioriser et appuyer financièrement les radios communautaires et les journaux, de réinvestir dans la publicité gouvernementale qui paraît dans les médias communautaires, puis de s’assurer que les CLOSM et leurs réalités soient reflétées dans les médias.

L’ARC du Canada constate avec satisfaction que les médias de langue officielle sont encore très importants dans les collectivités canadiennes en situation de minorité linguistique.

Elle accueille donc favorablement les constats et les recommandations que l’on retrouve dans ce rapport final. Il est à souhaiter que des mesures seront mises en place dans le prochain d’action pluriannuel en matière de langues officielles du gouvernement fédéral afin de venir en aide aux médias communautaires minoritaires.

 

(SourceRapport final, Consultations pancanadiennes sur les langues officielles 2016, Patrimoine canadien, 14 juin 2017)

 

 

 

Nous sommes heureux de lire vos réactions

error: Contenu protégé.
%d blogueurs aiment cette page :