L’univers numérique impose des changements… même chez Québecor

Même chez Québecor, géant bien connu de l’univers médiatique, les bouleversements qu’impose le virage numérique finissent par entraîner des remises en question et des changements.

Comme le rapporte le quotidien Le Devoir, l’entreprise a ressenti le besoin de brasser un peu les cartes cette semaine.

Une note interne dont Le Devoir a obtenu copie révèle en effet la mise en place d’une brigade d’experts dont la tâche sera de se consacrer exclusivement aux contenus numériques.

Québecor centralise pour ainsi dire les opérations numériques

Ce n’est pas que l’entreprise n’était pas déjà bien présente en ligne. Au contraire, j’oserais même dire que celle-ci fait plutôt figure de pionnière au Canada. Les marques acquises au fil des ans en tout cas le sont.

Je vous rappelle que la marque Canoë, qui tire son nom de l’acronyme Canadian Online Explorer comme le rapporte Wikipédia, a été lancée au milieu des années 1990. Il y a donc plus de vingt ans. Québecor en était devenu le principal actionnaire de contrôle à peine quelques années plus tard.

Ce que ce remaniement signifie, c’est essentiellement qu’on a fini de s’éparpiller. Même si on est présent en ligne depuis 2 décennies, on est rendu ailleurs. L’entreprise doit se réaligner, se réinventer.

Mention légale de Canoë, un site propriété de Québecor
(Image : Capture d’écran / Canoe.ca)

Déjà, en 2014, l’entreprise avait tiré un trait sur La Toile du Québec, un répertoire de sites web qui fut très populaire à une certaine époque.

Avec ce réalignement, six postes sont supprimés. C’est essentiellement la marque Canoë qui écope.

Ironiquement, lorsqu’on visite l’adresse de La Toile du Québec (www.toile.com), c’est sur le site francophone de Canoë qu’on atterrit depuis quelques années.

Le Devoir précise que Canoë continuera d’exister. Mais son contenu sera désormais fourni par cette nouvelle équipe vouée aux contenus numériques.

Même si elle annonce cette fois-ci la suppression d’emplois, Québecor rappelle qu’elle entend en créer de nouveaux. Dans différents domaines qui vont de la rédaction à l’infographie, en passant bien sûr par les médias sociaux.

(Source : « Québecor rapatrie sa production numérique et coupe chez Canoë », Le Devoir, 12 avril 2017)

Simon Forgues

Diplômé en animation radio/télé au début des années 1990, il a œuvré pendant près d'une vingtaine d'années dans diverses stations de radio et a cumulé également des tâches en coordination musicale et à la programmation.

Nous sommes heureux de lire vos réactions

%d blogueurs aiment cette page :