Si tu nous parles, au moins sois intéressant

Quand on zappe et qu’on atterrit sur certaines stations de radio, on entend quelquefois des animateurs nous raconter des anecdotes et des faits divers, qui pourraient être très intéressants… s’ils ne nous laissaient pas sur notre appétit.

Pourquoi ? Souvent, parce que ça nous interpelle plus ou moins. On ne se sent pas concerné.

 
Si tu nous parles, au moins sois intéressant

Animer à la radio, c’est parler clairement. Prononcer correctement, faire des phrases compréhensibles, avoir le bon débit. Mais surtout, c’est s’adresser à l’auditeur. Lui donner l’impression qu’on lui parle personnellement.

Comment faire pour qu’il ait l’impression qu’on s’adresse à lui ?

Voici nos 5 conseils pour y parvenir…

1) Assure-toi de connaître ton auditoire
Une jeune femme parmi une foule
(Photo : Justice Amoh / Unsplash)

Tu ne connais pas le profil de ton auditoire ? Pourtant, tu devrais. C’est la base.

Consulte notamment les sondages de la station; ils t’en apprendront beaucoup.

Jette aussi un œil au profil du recensement de Statistique Canada. Tu auras un meilleur portrait de ta région et des gens qui l’habitent.

En faisant un tour sur la page Facebook de la station, sois un peu indiscret et regarde qui aiment et commentent vos publications. Si leurs profils sont publics, consulte quelques-uns d’entre eux. Tu feras peut-être des découvertes intéressantes, qui te seront utiles pour le choix de tes sujets.

(P.S. Garde-toi quand même une petite gêne, comme on dit. Que les gens partagent l’adresse d’un musée sympa ou d’un nouveau resto, ça peut t’inspirer. Mais ne révèle pas d’infos personnelles, on s’entend.)


2) Choisis mieux tes sujets
Jeune femme qui regarde et écoute
(Photo : Ryan Jacobson / Unsplash)

Maintenant que tu connais le profil des auditeurs de ta radio et de ton émission, tu devrais savoir choisir les sujets susceptibles de les intéresser.

Concentre-toi à parler de ce qui les intéresse. Si toutefois des sujets sont moins susceptibles de leur plaire, mais qu’ils sont quand même importants, présente-les sous un angle qui attirera leur attention. L’important, c’est de les captiver et conserver leur attention afin qu’ils ne zappent pas.


3) Ramène-moi tout ça à une dimension locale
Un village niché à flanc de montagne près d'un lac
(Photo : Joss Woodhead / Unsplash)

Tu nous parles d’un type qui s’est fait arrêter en trottinette électrique sur une autoroute californienne. D’accord, ça peut être cocasse.

Mais as-tu cherché sur le web pour voir si un incident comparable ne s’était pas déjà produit dans la province ? Tu pourrais faire un beau lien entre les deux incidents.

Je veux bien, moi, que tu me parles d’un fait cocasse. Mais, à 5 000 kilomètres de chez nous, ça me touche un peu moins.

Combien ça coûterait à ce même type s’il se faisait pincer sur l’autoroute dans ta province ? Que dit le code provincial de la sécurité routière sur le sujet ? Fais une entrevue avec un commerçant local qui vend de telles trottinettes pour qu’il parle des précautions à prendre.

Bref, les gens ont besoin de sentir que ça les concerne, eux.


4) Donne-leur des exemples
Une dactylo devant un ordinateur portable
(Photo : Glenn Carstens-Peters / Unsplash)

Si tu me dis qu’à peine quelques commerces seront ouverts à l’occasion d’un long congé férié, ce serait bien que tu me donnes quelques exemples. Les épiceries seront-elles ouvertes ou pas ? Et les centres commerciaux, eux ?

Si tu me racontes que la saison des fraises est commencée et qu’on peut faire de l’auto-cueillette, partage quelques endroits où les cueillir dans la région.

Fais des comparaisons aussi. Ça fonctionne très bien. Les gens visualisent et comprennent mieux les choses s’ils ont des références qu’ils connaissent eux-mêmes.


5) Fais d’une pierre… plusieurs coups
Des pierres empilées
(Photo : Norbu Gyachung / Unsplash)

Bien s’hydrater quand il fait chaud et se vêtir chaudement durant le mois de janvier. On a entendu ça tellement de fois, qu’on ne les compte plus.

Apporte un peu de variété et mets une petite touche distinctive à tes interventions.

Attrape la balle au bond et profites-en par exemple pour glisser des suggestions qui plairont autant aux auditeurs qu’à vos annonceurs.

S’il fait chaud, rappelle aux auditeurs que la crèmerie près de la station (peut-être l’un de vos bons annonceurs d’ailleurs) ne ferme pas avant 21 heures.

S’il fait froid, glisse un mot sur le centre commercial où les soldes de fin de saison sont en vigueur et où l’on peut magasiner à la chaleur.

As-tu d’autres conseils du genre sur la manière d’intéresser les auditeurs ? Partage-les dans l’espace réservés aux commentaires.

Simon Forgues

Diplômé en animation radio/télé au début des années 1990, il a œuvré pendant près d'une vingtaine d'années dans diverses stations de radio et a cumulé également des tâches en coordination musicale et à la programmation. Il est aujourd'hui directeur des communications à l'ARC du Canada où il s'occupe notamment de la présence web.

Une réflexion sur “Si tu nous parles, au moins sois intéressant

  • Ping : Bilan de la semaine du 18 février 2013 » Alliance des radios communautaires du Canada | ARC du Canada

Commentaires fermés.

%d blogueurs aiment cette page :