Nos publications
Jan 10
Microphone de radio

Ce micro mérite un bon animateur, mais sauriez-vous le reconnaître ?

Vous l’avez reçu en entrevue. Vous avez trouvé qu’il ou qu’elle avait ce petit quelque chose de distinctif. Vous êtes même convaincu que c’est LA candidature rêvée. Est-ce le cas?

Ne vous fiez pas forcément aux apparences

Attention ! Ce n’est pas forcément la personne qui serait du genre à s’éclater sur un plancher de danse. Ne vous fiez donc pas aux apparences.

Même que, dans bien des cas, les meilleurs animateurs radio ne sont pas particulièrement reconnus pour leur style flamboyant dans la vie ordinaire.

Un bon exemple ? C’est sans doute l’animateur montréalais Paul Arcand.

Loin d’être flamboyant, il est même plutôt discret sur sa vie privée et ne fait que très peu de vagues, sinon par ses cotes d’écoute impressionnantes.

L’animateur ou l’animatrice idéal a ce je-ne-sais-quoi de convaincant.

Après l’avoir reçu en entretien d’embauche, vous aurez vite constaté qu’il n’a rien du vieil oncle Rogatien qui s’embrouille dans ses blagues ou qu’elle n’est pas la vieille tante Henriette qui ressasse toujours les mêmes vieux souvenirs.

On sent qu’il a une soif d’apprendre et de partager de l’information.

Aussitôt que le micro s’allumera et qu’il sera en ondes, il ou elle racontera et insufflera de la vie à l’émission.

 

Conseil : faites fonctionner votre radar

Certes, vous êtes directeur général ou de la programmation. Mais soyez d’abord et avant tout un auditeur.

La première suggestion serait donc de faire fonctionner votre radar et d’écouter votre instinct quand vous convoquez un.e candidat.e pour une entrevue.

S’il a le sens de la répartie. S’il a du panache, si je puis dire. S’il raconte les choses plus qu’il les dit. S’il a une bonne connaissance générale. Alors là, vous êtes sans doute en présence d’un cheval gagnant.

C’est un séducteur-né… mais qui s’ignore tout de même un peu. Vous le remarquerez sans doute bien assez tôt.

Car, pour choisir le microphone d’une radio plutôt que la caméra d’une chaîne de télé, il ne faut pas forcément aimer briller sous les feux de la rampe.

 

Il parle pour l’auditeur

Au fond, qu’est-ce qu’un bon animateur radio ?

Il connaît pertinemment le média dans lequel il évolue. Il s’est d’abord informé sur le style de la station, ses auditeurs, ses impondérables et respecte tout ça.

C’est sans doute l’une des premières choses d’ailleurs à lui demander. Que connais-tu de notre radio et de notre auditoire ?

Il rendra l’auditeur à l’aise. Et, même si on a quelquefois l’impression qu’il s’écoute un peu lorsqu’il parle, il charme et il envoûte par sa seule présence en ondes. Parce que, oui, c’est un passionné.

Mais, contrairement à certains petits animateurs qui bombent le torse comme des coqs de basse-cour, le bon animateur, lui, est capable d’attirer une bonne quantité de sympathisants, sans forcément trop en mettre.

On pourrait citer de nombreux animateurs qui savent animer. À tel point qu’ils travaillent même dans de gros marchés.

Mais, pour diverses raisons, ils demeurent de petits animateurs sans grande envergure, car il n’ont ni le charisme, ni la touche magique.

Pour reprendre une expression que j’avais lue dans un forum sur la radio à un moment donné : donnez un coup de pied sur une poubelle et il en sort des dizaines d’animateurs semblables. Voilà !

À l’inverse, on pourrait aussi trouver D’EXCELLENTS animateurs dans plusieurs stations en région qui ne monteront pourtant jamais la marche qui les sépare des stations montréalaises, torontoises ou parisiennes, et ce, pour différentes raisons.

 

Finalement, comment le saurez-vous ?

Vous saurez assez rapidement s’il s’agit de LA candidature parfaite.

C’est un assoiffé de radio. Il aime le micro, parler aux gens, informer, divertir.

Il rugit comme un fauve quand il est trop éloigné des ondes. Le studio est sa maison. Ou presque.

Vous le saurez et l’entendrez rapidement dès son embauche. Et le jour où il tombera malade et que vous serez contraint de le remplacer par un autre animateur toute une semaine, ne soyez pas étonné si le téléphone se met à sonner parce que les auditeurs se questionnent sur son absence prolongée.

L’animateur radio, on l’entend et quelquefois on l’écoute. Tandis que le bon animateur radio, on s’ennuie de sa présence quand on ne l’entend pas. Voilà !

Alors, quand vous recevrez des candidat.e.s en entrevue pour un poste d’animation, enfilez votre chapeau d’auditeur et posez-vous la grande question : « Est-ce le genre d’animateur dont je m’ennuierais s’il devait s’absenter quelques jours ? »

Votre candidature idéale se trouve sans doute derrière cette toute petite question.

À propos de l'auteur

Professionnel du domaine des médias électroniques avec plus de 30 ans d'expérience, Simon Forgues est à l'emploi de l'Alliance des radios communautaires du Canada depuis 2007. Diplômé en animation radio et télévision au Collège Radio Télévision de Québec, il possède aussi une attestation d'études en création de podcast du Collège Bart. Impliqué dans de nombreux projets liés à la radiodiffusion, et ce, de l'idéation de contenu jusqu'à la production, il a œuvré dans différentes radios du Québec et de l'Ontario, où il a cumulé également des tâches liées à la coordination musicale et à la programmation.

2 commentaires

  1. Marcel Marcotte
    10/01/2023 à 13:34 · Répondre

    Très bon texte Simon et bien dit. Merci.

    • administrateur
      10/01/2023 à 13:48 · Répondre

      Merci. Bien aimable.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.