Nos publications
Déc 11
Un robot qui regarde l'objectif de la caméra

De plus en plus de robots malveillants grouillent dans l’internet

Internet regorge de choses qui sont certainement très intéressantes. Mais, on en trouve d’autres qui le sont toutefois beaucoup moins. Parmi elles, une armée de robots apparemment de plus en plus malveillants qui grouillent dans l’internet.

Les robots changent de travail

Jadis utilisés en particulier afin de scruter l’internet pour le bénéfice des moteurs de recherche, les robots en ligne se sont multipliées ces dernières années.

En même temps qu’ils devenaient plus nombreux, les tâches qui leur furent confiées l’ont été également.

Dénicher par exemple les bonnes affaires en ligne, comparer des prix, détecter de faux commentaires, ou encore inventorier des publications scientifiques, pour ne nommer que ces fonctions.

Les Rendez-vous de la francophonie 2024

La plupart des missions confiées aux robots sur le Web demeurent légitimes, voire essentielles au bon fonctionnement d’Internet.

Ces derniers respectent les règles et ne causent en général aucun tort, sinon très peu. Comme de rares ralentissement au trafic Web, à titre d’exemple.

Cela dit, de plus en plus de robots sont malheureusement utilisés quant à eux de manière mal intentionnée. Même carrément de façon dangereuse dans bien des cas.

Le tiers des robots seraient malveillants

Selon les statistiques compilées de janvier à juin 2023 par Barracuda Networks, spécialisée dans la protection des données et du Web, les robots en ligne accapareraient désormais tout près de 50 % du trafic sur internet.

Qu’est-ce que ça veut dire concrètement ? Qu’à peu près autant de trafic en ligne est maintenant généré par les robots que les humains.

Mais le problème, c’est que le tiers environ (30 %) du trafic robotisé viendrait de robots malveillants.

Si certains se contentent de fouiller les bases de données à la recherche d’informations à dérober, d’autres sont encore beaucoup plus dangereux. Ils vont dans certains cas jusqu’à compromettre les activités de certaines organisations, voire à carrément les paralyser.

Parmi ces autres activités compromettantes, on trouve la prise de contrôle de comptes d’usagers, les attaques par déni de service distribué (DDoS), et bien plus encore.

Les robots les plus avancés sont désormais de plus en plus difficiles à freiner. Puisqu’ils se comportent pratiquement comme des humains et arrivent à échapper à la détection à bien des égards.

L’Amérique est particulièrement ciblée

Selon les chercheurs de Barracuda, tout porte à croire que l’Amérique du Nord ait été une véritable pépinière de robots malveillants en 2023.

En effet, 72 % du trafic de bots malveillants au premier semestre de 2023 émanerait de l’Amérique du Nord.

En détails, les États-Unis viennent en tête de lice pour le trafic de robots malveillants. Près des trois quarts (72 %) de ces robots en seraient originaires.

Quatre autres régions seraient également des terreaux particulièrement fertiles pour ce genre de robots mal intentionnés. Soit les Émirats arabes unis (12 %), l’Arabie saoudite (6 %), le Qatar (5 %) et l’Inde (5 %).

On peut découvrir d’autres informations et statistiques intéressantes en consultant l’article « Threat Spotlight: How bad bot traffic is changing » sur le site de Barracuda.

 

(Source : « Threat Spotlight: How bad bot traffic is changing », Barracuda Networks, 18 octobre 2023

À propos de l'auteur

Professionnel du domaine des médias électroniques avec plus de 30 ans d'expérience, Simon Forgues est à l'emploi de l'Alliance des radios communautaires du Canada depuis 2007. Diplômé en animation radio et télévision au Collège Radio Télévision de Québec, il possède aussi une attestation d'études en création de podcast du Collège Bart. Impliqué dans de nombreux projets liés à la radiodiffusion, et ce, de l'idéation de contenu jusqu'à la production, il a œuvré dans différentes radios du Québec et de l'Ontario, où il a cumulé également des tâches liées à la coordination musicale et à la programmation.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.