Nos publications
Juil 18
Un ordinateur portable sur lequel est affiché un site web

Faire vivre son site web : 4 trucs peu contraignants et efficaces

Votre emploi du temps est chargé. Vous estimez avoir des tâches plus importantes que d’entretenir votre site web. Malheureusement, un site à l’abandon est un site où l’on ne revient pas. Voici 4 trucs peu contraignants et efficaces de faire vivre votre site, tout en vaquant à d’autres occupations plus urgentes.

Améliorer le référencement, c’est important

Pourquoi est-il nécessaire d’alimenter son site web régulièrement ? Parce qu’on augmente ainsi le trafic et, éventuellement, il devient plus facile d’y vendre de la publicité.

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi certains sites semblaient mieux référencés que d’autres par les moteurs de recherche, mais aussi plus fréquemment ?

Pourquoi, à titre d’exemple, le site web d’une radio comparable à la vôtre sort-il dans les premiers résultats, mais que votre site, lui, est en queue de peloton ?

Les Rendez-vous de la francophonie 2024

C’est peut-être que celui de l’autre station est à jour et qu’ils renferment des informations pertinentes.

Une fois la fréquentation d’un site suffisante, celui-ci bénéficiera d’un meilleur référencement et d’une réputation accrue grâce au trafic récurrent et régulier.

C’est précisément ça qu’on cherche. De la fréquentation.

Avec du contenu ajouté à un tel rythme, les robots d’indexation passeront même parfois plus d’une fois par jour pour référencer les nouveaux contenus.

Alors, même si vous ne disposez ni des ressources financières, ni des ressources humaines pour créer autant de contenu et effectuer des mises à jour régulières, ces quelques suggestions pourraient faire vivre votre site web sans trop vous épuiser.

 

1) Des blogueurs collaborateurs ou invités

Si vous n’avez pas le temps vous-même de bloguer, d’autres pourraient le faire à votre place.

Bloguer, c’est rédiger un carnet personnel en ligne où l’on traite de sujets qui nous importent. Il peut s’agir de contenus résolument personnels, mais aussi de simples trucs et astuces, des avis, etc.

Que diriez-vous de compter sur la collaboration de blogueurs qui enrichiraient votre site web avec leurs textes réguliers ?

Il y a sûrement des professionnels de votre région capables de rédiger des textes à une certaine fréquence.

Certains sont peut-être déjà parmi vos animateurs ou chroniqueurs; d’autres se trouvent peut-être parmi vos annonceurs.

Il pourrait s’agir d’une chronique hebdomadaire sur l’horticulteur par le proprio du centre jardin local. D’un policier-éducateur du service de police régional qui viendrait donner des conseils saisonniers. Etc.

Plusieurs collaboreront gratuitement en échange d’une simple mention en ondes. Invitez donc les auditeurs à lire leurs textes dans la section blogue de votre site ou insérez une petite bannière qui pointe vers leur propre site web en guise de remerciement pour leur contribution. Bref, un simple échange de bons procédés.

L’idée c’est d’assurer une parution suffisamment régulière pour créer une habitude chez les internautes, ainsi que les moteurs de recherche qui viendront référencer vos contenus en ligne.


2) Mettez vos propres nouvelles en ligne

Ironiquement, plusieurs radios ne le font pas. Mais qu’est-ce que ça coûte de plus à votre journaliste, une fois qu’il a écrit ses bulletins de nouvelles pour les lire en ondes, de les prendre ensuite et de les publier dans votre site web ?

Ce n’est pas beaucoup plus long et ça devrait même, en principe, faire partie de ses tâches.

Il faut à tout prix que vous mettiez ces textes sur votre site. C’est un principe élémentaire.

Plusieurs radios n’affichent pas leurs nouvelles en ligne pour diverses raisons : on craint d’être plagié; que les internautes lisent les nouvelles mais n’écoutent pas les bulletins en ondes; etc. Or, les gens n’arrêteront pas d’écouter vos bulletins en ondes sous prétexte que vos nouvelles sont sur votre site.

N’ayez crainte. Ce sont deux façons parfaitement distinctes de consommer l’info et on ne le fait pas de la même façon ni dans les mêmes circonstances.

Une fois vos nouvelles publiées dans votre site, configurez un générateur de flux RSS qui permettra à des sites externes d’afficher vos grands titres et ensuite rediriger de nouveaux visiteurs sur votre propre site web.

Peut-être le site de la municipalité affichera-t-il vos grands titres puis redirigera les internautes vers le vôtre.

Si vous possédez un site WordPress par exemple, cette documentation officielle (en anglais) vous aidera à bien configurer vos flux RSS.


3) L’agrégation de flux RSS
Revue de presse COVID-19 (3 avril 2020)

Photo : Kaboompics .com sur Pexels

On vous disait précédemment de créer un flux RSS pour votre site web, mais l’inverse est aussi vrai.

Plusieurs sites proposent eux-mêmes des flux RSS (pour « Really Simple Syndication ») permettant d”agréger leurs contenus.

On peut ainsi récupérer des nouvelles, des chroniques ou même de la baladodiffusion dès la mise à jour, puis les afficher sur notre site web.

Il s’agit simplement de ne pas laisser croire que vous en êtes l’auteur. Une bonne pratique est de s’informer des conditions d’utilisation des flux RSS, lorsqu’elles existent.

Quelques exemples :

Ce sont quelques exemples; il en existe des milliers d’autres.

La seule chose qu’il faudra installer sur votre site, c’est un plugin pour récupérer ces flux RSS et les mettre en forme.

En voici quelques exemples pour WordPress (ex. : Feedzy et WP RSS Aggregator), Joomla (ex. : gsRSSFeed et Latest News Enhanced Pro) ou encore Drupal (ex. : Feeds).

(P.S. Nous n’endossons ni ne faisons la promotion de quelque produit que ce soit. Ce ne sont que des exemples.)

Une fois un tel plugin installé, chaque mise à jour de contenu effectué sur le site agrégé sera automatiquement répertoriée par votre site.

Ainsi, les internautes seront-ils plus susceptibles de revenir consulter votre site web, sachant qu’ils y trouveront rapidement des fils de nouvelles mis à jour régulièrement.


4) Les widgets
Une personne pointe l'écran d'un ordinateur portable

Photo : Mimi Thian sur Unsplash

Enfin, les widgets. On les connaît sur nos téléphones intelligents, mais on oublie qu’ils sont presque aussi vieux qu’internet et qu’il y en a aussi sur les sites web.

De petits bouts de code permettant de récupérer et d’afficher des contenus variés sans qu’on ait besoin de se casser la tête. Il peut s’agir tantôt de météo, d’horoscope, de jeux, etc. Ils sont plus ou moins personnalisables, selon les fournisseurs.

Quelques-uns permettent d’ajuster la hauteur et la largeur, la taille des caractères, les couleurs, etc. D’autres sont moins permissifs. Ça dépend. En voici quelques exemples :

Faites une recherche Google. Vous en trouverez assurément d’autres proposant des widgets. N’oubliez simplement jamais de lire les conditions d’utilisation.

En général, les gestionnaires de contenu (CMSCMS Un CMS, de l'anglais Content Management System, est une sorte de logiciel qu'on utilise afin de gérer le contenu de son site Web. En français, on parle d'un système de gestion de contenu, ou tout simplement d'un gestionnaire de contenu.) comme WordPress, Joomla et Drupal répertorient de tels widgets installables directement depuis le panneau d’administration du site web.

À propos de l'auteur

Professionnel du domaine des médias électroniques avec plus de 30 ans d'expérience, Simon Forgues est à l'emploi de l'Alliance des radios communautaires du Canada depuis 2007. Diplômé en animation radio et télévision au Collège Radio Télévision de Québec, il possède aussi une attestation d'études en création de podcast du Collège Bart. Impliqué dans de nombreux projets liés à la radiodiffusion, et ce, de l'idéation de contenu jusqu'à la production, il a œuvré dans différentes radios du Québec et de l'Ontario, où il a cumulé également des tâches liées à la coordination musicale et à la programmation.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.