Votre conseil municipal devrait proclamer une journée (ou même un mois) pour la radio communautaire

En 2010, le maire du village de Croton-on-Hudson dans l’état de New York proclamait la journée du 12 avril 2010 comme celle de la radio communautaire locale WDFH.

Combien de maire de villes ou de villages canadiens l’ont fait ?

À vrai dire, je n’en ai pas la moindre idée. Mais, si ça s’est déjà fait chez vous, je vous serais reconnaissant de m’en faire part.

Le maire de l’endroit avait alors reconnu l’engagement communautaire de cette organisation sans but lucratif et faisait état des bienfaits qu’elle apporte aux habitants de l’endroit.

Il parlait en outre de l’implication des membres de la communauté dans ses activités, des accomplissements au fil des années mais aussi du futur de la radio.

Qu’est-ce que ça représenterait chez vous ?

L’idée est bonne pour cette radio américaine, mais elle pourrait l’être aussi pour la vôtre.

N’est-ce pas ? J’oserais même dire qu’au-delà d’une simple journée, ça pourrait même être une semaine. Et pourquoi pas un mois complet ?

Mettez sur papier des idées pour une telle journée, puis suggérez-la donc au conseiller municipal de votre district électoral.

Faites-lui connaître l’importance et les avantages de votre média au sein de la collectivité. Qui sait, peut-être votre suggestion remontera-t-elle jusqu’au conseil municipal ?

Remontons le fil des événements depuis l’ouverture de votre station dans votre collectivité. A-t-elle aidé à disséminer des alertes au public lors d’inondations ou de tempêtes hivernales ?

Sans doute a-t-elle aussi permis d’organiser des levées de fonds pour des organismes communautaires. Je présume également qu’elle fut un porte-voix remarquable pour plusieurs organisations sportives, artistiques et culturelles, n’est-ce pas ?

Voilà tellement de bonnes raisons de célébrer la présence d’une radio dans sa communauté.

Ce qui pourrait se passer lors d’une telle journée :
  • Une opération « portes ouvertes » où la population des environs serait invitée à visiter vos studios;
  • À défaut de faire la visite en personne, on pourrait aussi la réaliser de façon virtuelle en vidéo;
  • On en profiterait pour mettre en valeur les fidèles bénévoles;
  • On pourrait même en recruter de nouveaux;
  • Des artistes locaux offriraient des prestations en direct;
  • En été, on tiendrait un grand pique-nique avec diffusion en direct de certaines émissions;
  • En hiver, un spectacle bénéfice servirait à lever des fonds pour changer vos équipements.

Même sans la présence physique des citoyens dans vos installations, il est tout à fait possible de lever des fonds lors d’un événement spécial grâce à ces 20 bonnes idées.

La participation de toute la communauté

Il est essentiel de compter sur l’appui de toute la communauté pour le succès d’une telle journée. Tant le secteur communautaire, que les gens d’affaires, les artistes et les politiciens.

Dans des messages enregistrés, des annonceurs locaux seraient invités à témoigner de l’importance de la radio communautaire pour leurs affaires.

Les organismes communautaires seraient invités à parler de la nécessité d’une radio comme la vôtre pour la promotion de leurs activités sociocommunautaires.

Les élus municipaux, provinciaux et fédéraux livreraient des témoignages d’appréciation de la radio.

Aimez-vous mon idée d’une journée officielle consacrée à votre radio communautaire ?

J’aimerais bien qu’un jour, l’une de nos radios nous l’apprenne. Que la direction générale d’une de nos stations membres nous apprennent que le conseil municipal a reconnu l’importance de la station au sein de la communauté.

Ironiquement, un tel appui de la part d’un conseil municipal envers sa radio, c’est le genre de chose qu’on voit lors d’une demande de nouvelle licence ou le dépôt d’un dossier pour une augmentation de puissance.

Mais, pourquoi attendre avant de reconnaître ses impacts positifs sur la ville et la région ?

Trop d’organisations ou d’entreprises ferment leurs portes, avant qu’on reconnaisse finalement l’importance qu’elles avaient dans nos collectivités. N’attendons pas avant de reconnaître la nécessité de nos radios locales.

Simon Forgues

Diplômé en animation radio/télé au début des années 1990, il a œuvré pendant près d'une vingtaine d'années dans diverses stations de radio et a cumulé également des tâches en coordination musicale et à la programmation. Il est aujourd'hui directeur des communications à l'ARC du Canada où il s'occupe notamment de la présence web.

Vos commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :