En Norvège, le numérique n’a pas fait plonger l’écoute de la radio

Selon La Lettre Pro de la Radio, le passage de la radio analogique vers le numérique en Norvège n’a pas été la catastrophe annoncée par certains.

Ce devait être une véritable hécatombe, prédisaient les plus pessimistes. Or, il n’en est rien. Au contraire. Les auditeurs sont à peu près aussi nombreux à écouter la radio numérique en 2017 qu’ils l’étaient en 2016.

Des habitudes d’écoute bien ancrées en Norvège

Les Norvégiens, comme les Canadiens d’ailleurs, ont des habitudes d’écoute de la radio profondément ancrées dans leur quotidien.

La preuve? Moins d’un an après le début de la transition, 84 % des foyers possèdent déjà un ou même plusieurs récepteurs DAB.

Comme le précise l’article, 64,1 % des Norvégiens écoutent la radio à tous les jours en 2017. Ils étaient 67,1 % à le faire l’an dernier.

Une baisse loin d’être drastique. Surtout qu’il s’agit de la plus grande transformation vécue par la radio norvégienne au cours de son histoire.

En Norvège, le numérique n'a pas fait plonger l'écoute de la radio
(Crédit photo : Stig Morten Waage / Flickr / licence 2.0)
Même contenu mais dans un contenant différent

72 % des gens qui écoutent la radio numérique en Norvège le font sur des récepteurs assez semblables à ceux utilisés pour écouter la radio FM.

Hormis ces petits récepteurs DAB dont se sont équipés plusieurs Norvégiens, d’autres technologies émergent. Par exemple, des adaptateurs semblables à celui-ci permettent de capter la radio numérique sans devoir apporter de réelles modifications aux équipements déjà installés dans le véhicule. Pure propose le même concept (vidéo).

Ce qui fait qu’ils ne seraient apparemment que 24 % à utiliser Internet pour écouter la radio.

Le passage vers la technologie numérique se fait par région et selon un calendrier bien déterminé, comme nous l’expliquions en janvier dernier. Toutefois, dès l’an prochain, il ne sera plus possible d’écouter les émissions de radio nationales autrement que par le numérique. Alors, autant s’y faire.

S’il y a un grand changement, c’est que l’offre est plus grande. Ce faisant, la compétition est plus féroce. La radio numérique permet en effet d’accommoder plus de diffuseurs que ne le permettaient la bande FM.

Bref, le contenant a changé, mais le contenu, lui, reste aussi apprécié des Norvégiens. Ils continuent d’écouter la radio comme ils le faisaient avant. Tout simplement dans un contenant différent. N’en déplaise aux oiseaux de malheur.

Vous trouverez beaucoup plus de détails sur le site de La Lettre Pro de la Radio.

(Source : « Norvège : l’arrêt de la FM n’a pas impacté les audiences », La Lettre Pro de la Radio, 18 septembre 2017)

Simon Forgues

Diplômé en animation radio/télé au début des années 1990, il a œuvré pendant près d'une vingtaine d'années dans diverses stations de radio et a cumulé également des tâches en coordination musicale et à la programmation.

Envie de commenter? Allez-y!

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :