Si vous ne le faites pas, vous commettez le péché d’ingratitude

Remerciez-vous et saluez-vous vos auditeurs de temps en temps ? Ou les prenez-vous plutôt pour acquis ? Oh ! Voilà une bonne question, n’est-ce pas ?

Erreur monumentale commise par plusieurs animateurs : prendre les auditeurs pour acquis.

Quelquefois, parce qu’ils occupent un monopole dans la région, les animateurs et animatrices ont tendance à oublier que sans l’auditoire, ils ne sont rien.

Remarquez que ça vaut aussi dans les grand centres, où, une fois que certains ont acquis un statut envibale, ils oublient eux aussi à qui ils doivent leur emploi.

« Oui mais, on fait tirer des prix ! », diront quelques-uns.

Ah, oui !?! Êtes-vous bien certain qu’il s’agit du genre de remerciements que désirent nécessairement vos auditeurs ?

Ils aiment sans doute. Rien à redire là-dessus. Mais est-ce suffisant ?

 

La reconnaissance peut s’offrir à tous les jours

Je l’écrivais dans ce texte à propos des choses que l’on devrait toujours garder près de soi quand on entre en ondes. Saluer les auditeurs de temps à autres, c’est un geste de reconnaissance plus payant que bien des cadeaux matériels.

Un exemple…

Lorsque je faisais des remotes publicitaires chez des commerçants, je me faisais un point d’honneur de serrer la main des gens qui me la tendaient à mon kiosque entre deux interventions.

D’abord, parce que je ne me cachais pas dans l’arrière-boutique quand je n’étais pas en ondes.

Mais aussi, parce que je savais que s’ils s’étaient déplacés pour venir dans ce commerce et s’approchaient pour me tendre la main, c’est sans doute qu’ils étaient de fidèles auditeurs.

 

Autre exemple…

Si j’allais magasiner dans un commerce qui écoutait notre station, je m’assurais d’une part de les remercier d’écouter la radio. Puis, quand j’avais la certitude qu’ils étaient de fidèles auditeurs, j’en prenais bonne note.

J’inscrivais ça ensuite sur ma petite liste de fidèles auditeurs, puis je m’assurais de les saluer quand j’en avais l’occasion.

Oui, même s’ils n’annonçaient pas toujours sur nos ondes, comme les chauffeurs de taxi par exemple.

Parce que je savais que les nouveaux auditeurs se gagnent un par un. Quand ils s’assoient dans le taxi qui nous écoute religieusement, ou encore dans la chaise de la coiffeuse.

 

Les gestes de gratitude envers son auditoire ne se traduisent pas toujours en biens matériels, comme des billets de spectacles ou des repas gratuits au restaurant.

Essayez ça de temps à autres; saluez chaleureusement vos fidèles auditeurs. Vous m’en redonnerez des nouvelles.

Simon Forgues

Diplômé en animation radio/télé au début des années 1990, il a œuvré pendant près d'une vingtaine d'années dans diverses stations de radio et a cumulé également des tâches en coordination musicale et à la programmation. Il est aujourd'hui directeur des communications à l'ARC du Canada où il s'occupe notamment de la présence web.

%d blogueurs aiment cette page :