Nos publications
Juin 14
Deux espadrilles de différentes couleurs

Radio et balado, si semblables et différents en même temps

Dans un texte paru sur le site radioworld.com, le dirigeant de l’European Broadcasting Union (EBU) Academy, Justin Kings explique les différences entre la radiodiffusion (en anglais le broadcasting) et la baladodiffusion (en anglais le podcasting). Un texte à lire si l’on souhaite s’initier aux distinctions entre de tels contenus sonores.

La radio faisait déjà (presque) des podcasts il y a 40 ou 50 ans

Il est intéressant de lire l’auteur qui relate en outre ses propres expériences d’écoute de la radio dans les années 1980. J’avoue m’y être moi-même un peu reconnu, à l’époque où j’écoutais entre autres mes enregistrements du Zoo au FM 93 à Québec.

On s’aperçoit rapidement que les émissions de radio de la BBC qu’il écoutait en direct ou encore sur des cassettes à ce moment-là avaient déjà beaucoup à voir dans la forme et le style avec les podcasts que plusieurs d’entre nous consommons de nos jours.

Même chose, à bien y penser, avec mes cassettes du Zoo qui renfermaient des sketchs humoristiques que je pouvais écouter autant de jour en me rendant à l’école que de soir avant de me coucher.

À la lecture de son texte, on constate que c’est beaucoup dans le ton et la façon dont on consomme ces deux produits audio distincts qu’on perçoit les différences entre les deux.

Si semblables et différents en même temps

Bref, on parle dans un micro dans les deux cas. On utilise sensiblement les mêmes équipements à peu de différences près. Comme les deux espadrilles de l’image. Mais leurs couleurs sont totalement distinctes.

La radio est un médium certainement très “grand public”, où l’on parle à des milliers d’auditeurs simultanément, mais dans lequel on ne s’exprime qu’à une seule personne à la fois.

C’est de cette façon, comme l’explique l’auteur, qu’on réussit à bâtir une relation très forte avec chaque auditeur dans son individualité, et finalement comme composante d’un auditoire beaucoup plus grand.

Or, si la baladodiffusion permet certes de rejoindre un public très large, chaque individu ne nous écoute ni au même moment, ni dans les mêmes conditions et circonstances que tous les autres.

À titre d’exemple, si vous animez à la radio durant l’émission du réveil et que vous énoncez que c’est une rentrée au travail pénible sur les routes, avec la neige et le vent durant une tempête hivernale, vous avez de fortes chances de rejoindre la réalité de dizaines de milliers de personnes et en même temps chaque individu coincé à ce moment-là dans le trafic, ou encore qui se prépare à partir pour le travail.

C’est une tâche colossale de s’adresser tant à la masse qu’à l’individu en même temps. Ça demande beaucoup de doigté et de sincérité.

Voilà une chose sur laquelle les animateurs de podcasts ne peuvent s’appuyer, puisque leurs auditeurs, si nombreux soient-ils, ne vivent ni le lieu, ni l’instant présent.

Ils doivent user d’autres subterfuges, si je puis dire. L’ambiance sonore. La trame musicale. La narration. Etc.

Pour vous faire une bonne idée et vous initier aux différences entre ces deux médiums distincts, ou, sait-on jamais, lancer votre station et vous-même dans la production de podcasts, lisez « Exploring the Differences Between Podcasts and Radio » de Justin Kings, sur le site radioworld.com.

Il s’agit certainement d’un texte aux allures (un peu) promotionnelles, dans la mesure où il vise entre autres choses à promouvoir une session de formation sur le sujet.

Mais, pour vous faire quand même une bonne idée des différences entre la radio et la baladodiffusion, c’est bien écrit et ça se lit très rapidement. Le genre de texte qu’on aimerait sans doute avoir écrit soi-même.

Oh ! En terminant. La baladodiffusion vous fait un peu peur, étant donné que vous êtes vous-même radiodiffuseur et craignez la fuite de votre auditoire ? Lisez notre texte « Écouter plus de podcasts entraînerait une plus grande écoute de la radio ».

Sans doute serez-vous rassuré d’apprendre que les consommateurs de baladodiffusion sont aussi des auditeurs apparemment plus assidus de la radio. Intéressant, n’est-ce pas ?

 

(Source : « Exploring the Differences Between Podcasts and Radio », Radioworld.com, 31 mai 2024)

À propos de l'auteur

Professionnel du domaine des médias électroniques avec plus de 30 ans d'expérience, Simon Forgues est à l'emploi de l'Alliance des radios communautaires du Canada depuis 2007. Diplômé en animation radio et télévision au Collège Radio Télévision de Québec, il possède aussi une attestation d'études en création de podcast du Collège Bart. Impliqué dans de nombreux projets liés à la radiodiffusion, et ce, de l'idéation de contenu jusqu'à la production, il a œuvré dans différentes radios du Québec et de l'Ontario, où il a cumulé également des tâches liées à la coordination musicale et à la programmation.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.