Nos publications
Jan 30
Une radio qui ne veut pas mourir

J’ai une radio qui ne veut pas mourir et c’est ma raison d’aimer la vie

La radio demeure extrêmement populaire au Canada français, selon une étude du Bureau de la publicité interactive du Canada.

Dans un texte d’Infopresse qui cite l’étude French Canada’s Media Landscape & Metrics, on apprend entre autres choses que la télé est la reine incontestée en terme de portée et qu’elle rejoint pas moins de 99 % des Canadiens francophones.

Ironique puisqu’il n’y a pas si longtemps, d’aucuns prétendaient qu’elle était en plein déclin. L’on prédisait même sa mort à plus ou moins brève échéance.

Même chose d’ailleurs pour la radio. Plusieurs annoncent sa mort dans un horizon pas si lointain mais elle se débrouille encore très bien.

Les Rendez-vous de la francophonie 2024

J’ai une radio qui ne veut pas mourir

On apprend dans l’étude en question que la portée de la radio n’a baissé que de 3 % ces 15 dernières années chez les Canadiens francophones.

La radio atteignait 90 % de la population canadienne française l’an dernier, alors qu’elle en rejoignait  93 % en 2001.

Perdre 3 % de sa portée en 15 ans n’est pas tout à fait ce que j’appellerais une déchéance.

Pas étonnant d’ailleurs que le CRTCCRTC Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) est l’organisme public indépendant qui réglemente les secteurs de la radiodiffusion et des télécommunications au Canada. ait demandé aux télés et aux radios canadiennes de se doter d’équipements pour diffuser des alertes de sécurité publique automatisées.

C’est que contrairement à ce qu’essaient de vous entrer dans le crâne plusieurs “experts” du Web et du marketing, la télé et la radio sont et demeurent les deux médias qui permettent d’atteindre le plus de monde.

Mais pourquoi diable certains professionnels de la publicité ne le comprennent-ils pas?

Ça, c’est difficile à expliquer. Il faudrait le leur demander à eux. Sans doute ne sauraient-ils vous répondre, d’ailleurs.

Loin d’être morte et enterrée, la radio continue au contraire d’atteindre une forte proportion de la population. De plus en plus sur une multitude de plateformes dont l’Internet bien sûr.

La radio atteint 9 Canadiens francophones sur 10. Comme si ce n’était pas assez, elle se transporte également de nos jours sur PC ou encore les téléphones intelligents par le biais du streaming.

Désolé, Internet. Tu as beau monter en flèche. La radio et la télé ont encore de beaux jours devant elles et ne te laisseront pas toute la place de sitôt.

Une radio qui ne veut pas mourir

(Photo : Felipe Belluco / Unsplash)

(Source : Infopresse)

 

À propos de l'auteur

Professionnel du domaine des médias électroniques avec plus de 30 ans d'expérience, Simon Forgues est à l'emploi de l'Alliance des radios communautaires du Canada depuis 2007. Diplômé en animation radio et télévision au Collège Radio Télévision de Québec, il possède aussi une attestation d'études en création de podcast du Collège Bart. Impliqué dans de nombreux projets liés à la radiodiffusion, et ce, de l'idéation de contenu jusqu'à la production, il a œuvré dans différentes radios du Québec et de l'Ontario, où il a cumulé également des tâches liées à la coordination musicale et à la programmation.