Nos publications
Avr 28
Une jeune fille avec un drapeau ukrainien peint sur la joue

Une radio pour oublier un moment les horreurs de la guerre

À Prague, en République tchèque, une station de radio nouvellement créée sur internet (Rádio Ukrajina) aident quelque 300 000 réfugiés ukrainiens à mieux affronter les horreurs de la guerre et s’intégrer à leur terre d’accueil.

Une initiative de Bohemia Media, déjà propriétaires de quelques stations en République tchèque, qui témoigne une fois de plus du pouvoir de la radio.

Comme le précise cet article de l’agence Associated Press (« New radio station helps Ukrainian refugees adapt in Prague », AP, 2 avril 2022), une dizaine de vieux routiers de la radio côtoient de jeunes recrues dans les studios aménagés au cœur de la capitale tchèque.

Une équipe essentiellement féminine

Dès qu’on jette un oeil à la page de l’équipe, l’on constate rapidement qu’au contraire de bien d’autres stations de radio qui demeurent encore la chasse gardée des hommes, ici, les femmes forment la majorité de l’équipe.

Si l’on y trouve des vétérans des médias, comme la journaliste ukrainienne d’expérience Sonya Koshkina, de plus jeunes ont aussi accepté de joindre l’aventure.

C’est le cas en outre de la jeune Sofia Tatomyr, 22 ans, graphiste et chanteuse en Ukraine, qui avait néanmoins eu l’opportunité de s’initier à la radio pendant ses études universitaires.

Toute l’équipe a le même but commun : offrir une programmation quotidienne de qualité à ces milliers d’Ukrainiens chassés de leur pays lors de l’invasion russe.

Les gens peuvent y entendre des nouvelles, bien sûr, mais également des interventions variées et de la musique, afin de se changer les idées et oublier un peu leur triste sort.

Sur le site web, là encore, on traite essentiellement de nouvelles destinées à rendre la vie des réfugiées plus facile. Comme les mesures d’accueil mises en place pour eux, ou encore des divertissements familiaux qui leur sont offerts.

Parler mais aussi échanger avec le public

Créée très peu de temps après le début du conflit, la radio opère une douzaine d’heures par jour durant la semaine, puis 11 heures par jour durant la fin de semaine.

Elle dispose d’une page Facebook déjà suivie par quelques centaines de personnes, ainsi que d’un compte Instagram et d’un autre sur Twitter. Bref, l’équipe ne recule devant rien pour rejoindre et échanger avec son public.

On vous invite à lire ce texte de l’Associated Press (en anglais) pour connaître les détails sur cette brillante initiative de Bohemia Media, qui démontre comme la radio a encore un rôle essentiel à jouer dans notre monde.

On peut aussi visiter le site web, ici traduit grâce à Google Traduction, et ainsi constater tous les efforts qui ont été déployés pour rendre la vie plus agréable aux réfugiés ukrainiens.

 

(Source : « New radio station helps Ukrainian refugees adapt in Prague », AP, 2 avril 2022)

À propos de l'auteur

Professionnel du domaine des médias électroniques avec plus de 30 ans d'expérience, Simon Forgues est à l'emploi de l'Alliance des radios communautaires du Canada depuis 2007. Diplômé en animation radio et télévision au Collège Radio Télévision de Québec, il possède aussi une attestation d'études en création de podcast du Collège Bart. Impliqué dans de nombreux projets liés à la radiodiffusion, et ce, de l'idéation de contenu jusqu'à la production, il a œuvré dans différentes radios du Québec et de l'Ontario, où il a cumulé également des tâches liées à la coordination musicale et à la programmation.

1 commentaire

  1. Vivian Renaud
    01/05/2022 à 10:33 ·

    Dieu protège ces gens. Ils sont des anges gardien. ??