Couper dans la publicité et le marketing à ce moment-ci ? Sérieusement !?!

Attendez ! Laissez-moi vous expliquer pourquoi interrompre vos investissements publicitaires dans une période comme celle-ci relève, au mieux de la maladresse, au pire carrément de l’hérésie.

Pas une dépense mais un investissement

Être vu et être entendu quand on est en affaires, ce n’est pas une dépense. C’est un investissement. Qu’on se le tienne pour dit.

Dépenser, c’est ne rien obtenir en retour de l’argent qu’on sort de ses poches.

Investir en publicité, c’est promouvoir son image corporative. C’est véhiculer son logo sur de l’affichage et faire entendre sa ritournelle publicitaire à la radio. Bref, c’est montrer qu’on existe. Et montrer qu’on existe, ce n’est pas une dépense. Surtout pas en affaires.

 

Évidemment, si vos activités sont interrompues et que vous n’avez rien à vendre, vous serez sans doute tenté de restreindre ou peut-être même carrément d’interrompre toute publicité.

On peut songer aux agences de voyage alors que personne ne peut se déplacer, ou encore aux équipes sportives dont la saison est carrément annulée.

À la rigueur, ça peut se comprendre et même se défendre. Mais est-ce là une bonne stratégie ? Peut-être pas.

 

Profitez du ralentissement pour prendre votre élan

Ces jours-ci, l’auditoire et le lectorat des médias ne baissent pas.

Chez les radios communautaires par exemple, des chiffres présentés par StatsRadio il y a quelques semaines révélaient une hausse du nombre d’auditeurs et des heures d’écoute à la radio. Une tendance d’ailleurs confirmée par une étude de Maru Canada et Angus Reid.

Même chose en télévision où rarement les émissions ont-elles obtenu de telles cotes d’écoute.

En supposant que votre compétiteur ait fermé ses portes temporairement et que vous, de votre côté, ayez décidé de poursuivre vos activités en faisant de la vente en ligne et de la livraison à domicile.

Comment les consommateurs sauront-ils que vous poursuivez vos activités si vous n’êtes ni vu, ni lu, ni entendu ?

C’est précisément pourquoi, au cours des dernières semaines, vous avez continué de voir et d’entendre des publicités de McDonald’s, de Tim Hortons ou encore de Burger King à la télévision et à la radio.

Même s’ils sont archi-connus, qu’on sait depuis des décennies qu’ils offrent tous la commande à l’auto et qu’on pourrait pointer leurs succursales les yeux bandés sur la carte de notre quartier.

C’est qu’ils savent précisément que si on n’en parle pas, ils cessent en quelque sorte d’exister dans la tête des consommateurs.

 

Se taire, un réflexe primal ?

C’est sans doute un réflexe un peu primal qui conditionne certains entrepreneurs et les force à se taire.

Non, non. Ne riez pas. Je dirais que c’est quelque chose acquis de nos ancêtres qui vivaient au milieu des bêtes.

Si personne ne communique, je ne communiquerai pas non plus.

Or, c’est un mauvais réflexe. Surtout en affaires.

Nous ne sommes pas des primates dans la savane, qui se taisent afin de ne pas être remarqués du prédateur.

En affaires, ce devrait être le contraire. Si les autres se taisent et n’occupent pas l’espace, vous devez l’occuper.

C’est précisément dans des moments comme ceux-ci, alors que le consommateur est toute ouïe, que vous devriez leur faire connaître vos promotions et vos rabais.

D’autant plus que 1) les citoyens sont très attentifs aux messages qui leur sont directement destinés, 2) l’achat local suscite un fort courant de sympathie et 3) les gens cherchent de bonnes affaires.

Réduire à zéro votre budget de publicité et marketing du jour au lendemain sans y réfléchir, sous prétexte que l’économie tourne au ralenti, c’est cesser d’exister au yeux des consommateurs.

C’est important d’investir en publicité et marketing lorsque les affaires vont bien. Ça devient carrément essentiel lorsque l’économie ralentit.

 

Voici 10 astuces pour affronter la récession tout en continuant d’investir intelligemment en publicité et marketing :

    • Élaborez soigneusement votre stratégie de publicité et marketing.
      Ex. : choisissez les bons canaux de communication, diversifiez vos communications, etc.
       –
    • Ne sabrez pas dans vos investissements publicitaires, votre chiffre d’affaires risque d’en pâtir cruellement.
       –
    • Ne coupez pas vos prix/tarifs de manière irréfléchie et draconienne, vous enverrez de mauvais signaux aux consommateurs.
       –
    • Rappelez la valeur ajoutée de votre entreprise.
      Ex. : sa réputation, son service après-vente, le nombre d’années d’existence, etc.
       –
    • Positionnez-vous comme leader de votre secteur d’activité.
      Ex. : vos exclusivités, vos affiliations avec de grandes marques réputées, etc.
       –
    • Vous n’êtes pas un pro de la publicité; fiez-vous aux experts qui vous aideront à atteindre vos objectifs.
       –
    • Ne craignez pas d’être créatifs et de vous démarquer. En voici un exemple…
    • Soyez stratégique et sélectionnez le meilleur mix médias.
       –
    • Ciblez bien (ou mieux) les clients potentiels à qui vous annoncez.
       –
    • Élaborez vos campagnes pub/marketing en fonction des goûts et des besoins du client. Pas les vôtres.

 

Simon Forgues

Diplômé en animation radio/télé au début des années 1990, il a œuvré pendant près d'une vingtaine d'années dans diverses stations de radio et a cumulé également des tâches en coordination musicale et à la programmation.

COMMENTAIRES DES LECTEURS

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :